Menu_fleche_noir

Devenez programmateur!

Toni

Jean Renoir
1934. France. 85 min. Noir & blanc. 35 mm.
Avec Charles Blavette, Jenny Hélila, Celia Montalvan
« Pourquoi Toni ? Ce n’est pas le premier film vu dans ma campagne garonnaise si dénuée de cinéma qu’il fallait voir les films à la télévision, ou les lire dans L’Écho de la mode, énième version du film raconté ; les voir évoqués mais sans les voir, donc toujours objets de désir, dans La Revue du cinéma puis Les Cahiers, assortis de photos en noir et blanc. Mais c’est le premier que j’ai découpé plan par plan pour L’Avant-scène. Et le film a gardé ses qualités : il expérimente tous les moyens toujours modernes pour coller au réel. Pas de vedette ni de situation vedette, pas de dramaturgie académique avec péripéties et acmé, pas de dialogue où la parole des personnages étincelle grâce à l’auteur, pas de paysage clinquant (pourtant c’est le Midi !), pas de violons. La tragédie. Dans un superbe noir et blanc. »

Claudette Peyrusse

Film choisi et présenté par Claudette Peyrusse

Vendredi 28 mai à 19h

La Semaine polonaise

Cette 19e édition est dédiée à Frédéric Chopin à l’occasion du bicentenaire de sa naissance. Cette date importante, commémorée dans le monde entier, donne lieu à de nombreuses manifestations, séries de concerts, publications d’ouvrages et projections de films. L’approche transversale de cette édition intitulée « Chopin correspondances », réunissant différentes disciplines : littérature, musique, théâtre, histoire de l’art, arts plastiques et cinéma, inspire le programme de la manifestation qui, comme à l’accoutumée, comprend : conférences, expositions, concerts, spectacles théâtraux et cinématographiques. Illustrée de correspondances inter-artistiques et nourrie de réflexions théoriques, la connexion « musique – arts – savoirs » aboutit à un nouvel éclairage de l’œuvre du compositeur et traduit l’universalité de son œuvre.

www.semainepolonaise.fr

· · · · · ·

La Jeunesse de Chopin
Aleksander Ford
1952. Pologne. 121 min. Noir & blanc. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec Czes?aw Wo??ejko, Aleksandra Slaska
Le film raconte les jeunes années de Frédéric Chopin, entre 1925 et 1930, date de l’éclatement de l’Insurrection de Novembre ; ses premières amours, sa fascination pour le folklore mazovien, ses amitiés artistiques, ses contacts avec les jeunes insurgés, ses adieux à la patrie qu’il quittera pour toujours…

Film choisi et présenté par Kinga Joukaviel

Jeudi 29 avril à 21h

· · · · · ·

mais aussi, une sélection de documentaires…

Chopin
Marie-Dominique Blanc-Hermeline, Philippe Orreindy
1998. France. 26 min. Couleurs. Vidéo.

Mercredi 28 avril à 15h (salle 2)

· · · · · ·

Chopin
Ariane Adriani, Eve Ruggieri
1999. France. 62 min. Couleurs. Vidéo.

Mercredi 28 avril à 15h30 (salle 2)

· · · · · ·

Chopin à Paris
Stanis?aw Grabowski
Pologne. 15 min. Version originale sous-titrée en français.

Mercredi 28 avril à 16h45 (salle 2)

· · · · · ·

L’Art de Chopin
Gérard Caillat
2010. France. 53 min. Couleurs. Vidéo.

Mercredi 28 avril à 17h (salle 2)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Festival Zoom Arrière 2010

Dans le cadre du festival Zoom Arrière, différents évènements… Plus de détails…

La Plainte de l’impératrice (Die Klage der Kaiserin) - Pina Bausch

1989. Allemagne. 106 min. Couleurs. Vidéo.
Version originale sous-titrée en français.
Avec (comédiens et danseurs) : Mechthild Grossmann, Mariko Aoyama, Anne-Marie Benati, Bénédicte Billiet, Rolando Brenes Calvo.
Le film a été tourné par Pina Bausch avec l’ensemble du Tanz Theater de Wuppertal et des invités. « Un film sur les traces de sa propre histoire et de l’histoire des autres. Sur la nostalgie et la détresse. Sur le désir d’être aimé. Sur la beauté et la fidélité qui ne sont pas ce qu’elles devraient être. Un rêve d’amour. Tendresse. Proximité. Rêves de vie. Histoires interrompues. Images singulières » (Raimund Hoghe). Raimund Hoghe est allemand, il fut d’abord journaliste, puis dramaturge pour Pina Bausch pendant plus de 10 ans. Et ensuite, un jour, il a osé monter sur scène.

Film choisi par Françoise Courtiade

Vendredi 19 février à 19h

Viridiana - Luis Buñuel

1961. Espagne. 90 min. Noir & blanc. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec Silva Pinal, Francisco Rabal, Fernando Rey, Margarita Lozano
Viridiana, c’est une palme d’or à Cannes. Mais c’est surtout le grand retour de Buñuel dans son pays natal où il n’était pas revenu depuis Las Hurdes. C’est aussi un scandale. Les autorités franquistes allèrent même jusqu’à nier l’existence administrative du film jugé blasphématoire. Buñuel y développe avec plus de férocité anticléricale les thèmes qu’il a abordés dans Nazarin. Ici, c’est une novice qui tente de mettre en pratique son éducation religieuse dans la réalité d’un quotidien miséreux. Elle apprendra que la charité chrétienne qu’on lui a inculquée s’oppose au désir des gueux d’être humains, simplement humains.

Film choisi par Colette Borde

Vendredi 29 janvier à 19h