Menu_fleche_noir

La séance du dimanche

Un grand film à partager en famille !

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Chantons sous la pluie (Singin' in the Rain)

Stanley Donen, Gene Kelly
1952. États-Unis. 102 min. Couleurs. Numérique DCP. VOSTF.
Avec Gene kelly, Debbie Reynolds, Donald O’Connor
« La danse est un des moyens les plus naturels à l’homme d’exprimer ce qu’il ne sait pas dire. Et ce que l’homme n’a jamais su dire avec les mots c’est sa joie. Singin’ in the Rain est le film de la joie… », écrivait Claude Chabrol. Et il est inutile d’en rappeler la scène culte qu’Alex et ses droogs reprendront en joie au cours de leur Orange mécanique. Le film de la joie et de l’optimisme, mais aussi un film sur la fin du cinéma muet et les balbutiements du parlant, rappelant au passage avec humour, la tragédie de grandes stars du muet qui ne surmontèrent pas l’épreuve du son, tel John Gilbert, le séducteur par excellence que le parlant laissa sans voix.

> Dimanche 22 juin à 16h

Un monde fou, fou, fou (It’s a Mad, Mad, Mad, Mad World)

Stanley Kramer
1962. États-Unis. 159 min. Couleurs. Numérique DCP. VOSTF.
Avec Spencer Tracy, Milton Berle, Sid Caeser, Mickey Rooney, Buster Keaton
Dans la pure tradition du burlesque américain, un film fou, fou, fou. Cascades et gags. Cascade de gags. Une route. Une voiture à toute allure. Et c’est l’accident.

Les voitures s’arrêtent pour porter secours au chauffard. Mais celui-ci se meurt. Dans son dernier souffle, un secret. Il a caché un magot dans un parc. Tous les automobilistes présents sont bien d’accord. Le trésor sera pour le premier arrivé. Le début d’une course des plus folles d’Amérique.

> Dimanche 1er juin à 16h

Le Voyage fantastique (Fantastic Voyage)

Richard Fleischer
1965. États-Unis. 100 min. Couleurs. 35 mm. VOSTF.
Avec Stephen Boyd, Raquel Welch, Arthur Kennedy, Donald Pleasence
20 000 lieues sous les mers, Les Vikings, L’Étrangleur de Boston, Conan le destructeur, Soleil vert, entre autres, Richard Fleischer aura laissé quelques titres increvables au cinéma.

Le Voyage fantastique n’est pas en reste. Énorme budget pour l’époque et un incroyable travail sur les décors, puisqu’il s’agit de l’intérieur du corps humain : une artère de 13 mètres sur 3 de diamètre, un cœur de 45 mètres sur 10, un cerveau de 70 mètres sur 33, sans oublier le travail sur les couleurs. La traversée du cœur et l’attaque des anticorps sont restées mémorables, sans parler de la fin qui a de quoi lâcher une larme. Un équipage de cinq personnes placé dans un sous-marin atomique est réduit à la taille d’un microbe pour être injecté dans le corps d’un savant atteint d’une grave hémorragie…

> Dimanche 25 mai à 16h