Cin_logo_rouge
Ct_accueil_menu-bouton_accueil_02

Il était une fois… avant le cinéma | Les fabricants

Les plaques de lanterne magique et autres support de projection ici présentés sont le fait de quelques grands “opticiens” et autres fabricants d’appareils de projection.
Les plaques de verre de lanterne magique issues de la Collection Rouzaud sont pour un certain nombre issues des ateliers LAPIERRE, célèbre maison lampiste française. Mais on trouve également un nombre considérable de plaques de production allemande. La ville de Nuremberg accueillait à l’époque un grand nombre de manufactures de jouets et d’appareils d’optique, dont ces plaques proviennent.


ANSCHÜTZ, Ottomar

Photographe polonais ayant vécu en Allemagne, inventeur du tachyscope en 1887 et éditeur de bandes pour tachyscope.


BING, Gebrüder (BNG, GebrB)

Célèbre manufacture de jouets fondée à Nuremberg par Ignaz and Adolf BING. Active jusqu’à la crise de 1929, elle sera ensuite majoritairement rachetée par Max DANHORN qui reprendra la production de lanternes magiques, tandis que BING ne fera plus que du jouet.


BLOCK, Adolph (B. K.). Éditeur, Paris

Éditeur parisien, spécialisé dans les stéréoscopies à thème théâtral.


DANNHORN, Max

Manufacture de lanternes magiques fondée à Nuremberg en 1872, dont BING se portera actionnaire dès 1921.







M.D. [Portraits d’habitants de divers continents]. Plaque de lanterne magique Max DANNHORN (Fin du XIXe siècle, début du XXe siècle), Coll. Rouzaud, 90.3.1810 (5).


FALK, Johann (ou Johannes)

Fondée en 1896, c’est la plus petite des manufacture de lanternes magiques de Nuremberg. En 1920, une coopération avec BING s’amorcera. Par la suite, en 1935 Johan FALK revendra toutes ses parts.


FERRIER père, fils et SOULIER

Manufacture familiale parisienne, fondée par Claude-Marie FERRIER et ses fils Jacques-Alexandre et Charles, en partenariat avec Charles SOULIER, fabricants français de plaques de verre de lanterne magique et de stéréoscope depuis 1858. À partir de 1864, les parts seront progressivement cédées à LÉON et LÉVY.


FERRIER Père, fils & SOULIER, Jules LÉVY Successeur


LAPIERRE

Manufacture familiale de lanternes magiques, de plaques et autres appareils d’optique, leader du marché français de la « lanterne-jouet » dès 1860. Fondée à Paris par Auguste LAPIERRE, l’entreprise sera ensuite reprise par son fils Édouard et ses deux fils, Maurice et René, sous le nom de LAPIERRE FRERES et Cie. René LAPIERRE fondera sa propre compagnie en 1921, qui produira notamment des projecteurs de film.
Les plaques de verre de lanterne magique LAPIERRE sont reconnaissables au papier vert qui les entoure.


LAPIERRE, René


LÉON, Moïse et LÉVY, Jules

Éditeurs parisens de plaques de lanterne magique. Dès 1873, une sélection de plaques à caractère topographique sera distribuée au USA par la Benerman & Wilson Lantern Slide Company.
Jules LÉVY est également le successeur de la maison FERRIER et SOULIER.


LÉON, Moïse et LÉVY, Jules, successeur de FERRIER père, fils et SOULIER


L. & F. Photographes. Paris


MAISON DE LA BONNE PRESSE. Rue Bayard. Paris

Maison d’édition parisienne catholique de périodiques religieux, la MAISON DE LA BONNE PRESSE propose dès 1896 lanternes et plaques.


MARINIER, Jules. Beaux-Arts Industrie, Paris

Éditeur parisien, autre spécialiste des stéréoscopies à thème théâtral ou “Actualités théâtrales”. Il dépose un brevet le 2 juillet 1864 pour un appareil stéréoscopique dit stéréoscope multicolore (brevet n° 63655).


MAZO, F. Paris

Fabricant parisien et éditeur de plaques de lanterne magique dès 1892.










F. MAZO Paris. Série. N° 3. Chanson du clocher Plaque de lanterne magique F. MAZO (1880-1890), Coll. Rouzaud, 90.3.1829


NEWTON & CO OPTICIANS


O’GALOP. ROSSILLON, Marius dit (auteur, dessinateur)


PLANK, Ernst

Installée à Nuremberg (Allemagne), c’est la deuxième plus importante compagnie de jouets, après BING. Entre 1866 et 1932, elle fabriquera un grand nombre de lanternes magiques destinées aux particuliers, puis sera revendue à la Noris Projektion GmbH, spécialisée en équipements cinématographiques.


REYNAUD, Émile

Photographe et dessinateur, inventeur du praxinoscope qu’il développera et commercialisera à Paris à partir de 1877, puis du praxinoscope-théâtre et éditeur de bandes pour praxinoscopes.


[s. n.]