Menu_fleche_noir

Le film du jeudi

Sexe, mensonges et vidéo | Steven Soderbergh

(Sex, Lies and Videotape)
1989. États-Unis. 100 min. Couleurs. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec James Spader, Andie MacDowell, Peter Gallagher,
Laura San Giacomo
Le mari, la femme, la sœur et l’ami. Le coureur de jupons, la femme réservée, la femme libérée et le voyeur impuissant. Le mari qui trompe sa femme avec sa sœur et l’ami qui filme les confessions des femmes sur leur sexualité. Un tableau des mœurs de l’Amérique des banlieues propres où le caméscope remplace le divan. De l’érotisme et de la psychanalyse. C’était le premier film de Soderbergh, une révélation et une Palme d’or à tout juste vingt-six ans.

Jeudi 26 mai à 21h

Le Ciel est à vous | Jean Grémillon

1943. France. 105 min. Noir & blanc. 35 mm.
Avec Madeleine Renaud, Charles Vanel, Raymonde Vernay,
Jean Debucourt
Jean Grémillon est un grand, un des meilleurs cinéastes français, et il donne ici le plus beau film français sur la passion. L’histoire d’un couple ordinaire qui sacrifie tout à sa passion de l’aviation. L’histoire d’une femme gagnée par le virus de son mari jusqu’à ne plus penser qu’à voler… Mais ce film magnifique est aussi un film tourné pendant l’Occupation. Pétainiste pour les uns : la réussite de gens ordinaires à force de travail. Résistant pour les autres : se défaire du carcan moral et ne pas céder à la résignation. La polémique fut en son temps aussi orageuse que pour Le Corbeau, elle paraîtra obsolète aujourd’hui. Et l’on découvrira un film plus profond que les idéologies. On y verra un superbe portrait de femme.

Jeudi 12 mai à 21h

La Dernière Chasse (The Last Hunt)

Richard Brooks
1955. États-Unis. 108 min. Couleurs. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec Robert Taylor, Stewart Granger, Russ Tamblyn, Debra Paget
Western crépusculaire sur fond de chasse aux bisons. Le génocide, celui des bisons, celui des Indiens. La rivalité entre deux chasseurs de bisons qui s’étaient pourtant associés. 1883, dans le Dakota, Charles Gilson, sorte de Wild Bill Hickock détestant les peaux rouges, et Woodfoot, un métis, partent donc pour la chasse aux bisons. En route, ils recueillent une Indienne…

Jeudi 31 mars à 21h

Soirée organisée en collaboration avec les éditions Anacharsis à l’occasion de la parution de Tueur de Bisons de Franck Mayer

L’Appât (The Naked Spur)

Anthony Mann
1953. États-Unis. 91 min. Couleurs. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec James Stewart, Janet Leigh, Robert Ryan, Ralph Meeker, Millard Mitchell
Un bandit. Un fermier qui s’improvise chasseur de prime. Un chercheur d’or qui n’a pas de veine. Et un soldat viré de la cavalerie. Le fermier veut capturer le bandit pour la prime. Le soldat et le chercheur d’or aussi. Quand ils mettent la main dessus, il faut le ramener. « Unité d’action. Un minimum de personnages. Aucun intérieur. Pas un seul instant de répit. Un décor abrupt, escarpé, dangereux qui offre à la violence de l’homme et à ses pulsions sauvages autant d’occasions naturelles et variées pour s’exprimer. Un chef-d’œuvre de rigueur et de virtuosité qui mérite d’être considéré comme le plus maîtrisé et le plus passionnant des westerns » (Jacques Lourcelles).

Jeudi 7 avril à 21h15

L’Esprit de la ruche (El spiritu de la colmena)

Victor Erice
1973. Espagne. 95 min. Couleurs. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec Fernando Fernán Gómez, Teresa Gimpera, Ana Torrent
« Une œuvre d’art, moins on la comprend, plus lentement elle ouvre ses pétales, plus lentement elle se fane », écrivait Cocteau. L’Esprit de la ruche est de ces œuvres qui dévoilent lentement leurs mystères. Incursion dans l’univers de l’enfance où l’imaginaire et le réel jouent au soleil et à la lune un jour d’éclipse. Et Monte Hellman de déplorer qu’il n’y ait pas davantage de films de cet « artiste brillant, dont L’Esprit de la ruche est à lui seul l’œuvre d’un grand maître ». Dans l’Espagne des années 40, bouleversée par le Frankenstein de James Whale, une fillette rencontre dans une grange un soldat blessé qu’elle prend pour le monstre du fameux docteur…

Jeudi 21 avril à 21h

La Cinémathèque de Toulouse a initié un ciné-club étudiant autour du film du jeudi, en collaboration avec l’Université de Toulouse-Pres