Menu_fleche_noir

Le film du jeudi

Touki Bouki, le voyage de la hyène (Touki Bouki) | Djibril Diop Mambéty

1973. Sénégal. 88 min. Couleurs. 35 mm. VOSTF. Avec Al Demba, Deynaba Dieng, Assane Faye, Robbie Lawson, Magoné N’Diaye

Film légendaire, Touki Bouki tient une place à part dans l’histoire du cinéma africain. Touki Bouki ne ressemble à rien de connu ; il y a la légèreté et l’impertinence d’un film de la Nouvelle Vague, et c’est Louis Skorecki qui en parle le mieux : « Des images si étranges qu’elles ne ressemblent à rien, sinon à un invraisemblable mélange entre Pierrot le fou, Bonnie and Clyde et Cocorico Monsieur Poulet. Un film qui étonne encore par son lyrisme musical et cette espèce de frime d’images – l’impression persistante qu’elles sont toujours en train de courir après l’histoire et les personnages. Une histoire plus douloureuse que triste, qui balance comme une chanson pop et s’achève en sanglots. Le premier film noir en couleurs ? »

Touki Bouki a été numériquement restauré en 2K à partir du négatif original 35 mm et du négatif son fournis par le fils du réalisateur, Teemour Diop Mambéty, et conservé au GTC à Paris. La restauration numérique a révélé les éléments chromatiques originaux du film. À la fin du processus numérique, un nouvel internégatif 35 mm a été produit. La restauration a été effectuée par The World Cinema Project à la Cineteca di Bologna/ Laboratoire L’Immagine Ritrovata et achevée en mai 2008.

The World Cinema Project est un programme de The Film Foundation, une organisation à but non lucratif fondée par Martin Scorsese, consacrée à la conservation et à la restauration de films du monde entier.

En amont de la projection, venez assister à la conférence de Catherine Ruelle : « À la découverte des cinémas africains : singularité d’un cinéma pluriel » mercredi 25 février à 14h30 à la Cinémathèque de Toulouse (voir p. 78).

En partenariat avec l’ACREAMP

> Jeudi 26 février à 21h

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Rusty James (Rumble Fish) | Francis Ford Coppola

1983. États-Unis. 94 min. Noir & blanc. 35 mm. VOSTF.
Avec Matt Dillon, Mickey Rourke, Diane Lane, Dennis Hopper

Fameux chef de gang, Motorcycle Boy s’est fait la belle. Besoin de prendre l’air. Son frère, Rusty James, perpétue sa légende. Il a repris la tête du gang. Il est la mémoire de Motorcycle Boy. Il en écrit le mythe entre deux bagarres de rues. Et puis Motorcycle Boy revient. Il sait qu’il doit mourir.

Pour prolonger la projection, assistez à la conférence de Charlotte Garson : « Liens fraternels et roman familial dans l’œuvre de Coppola. Rusty James et Tetro : deux films-frères ? », mercredi 17 décembre à 14h30.

En partenariat avec l’ACREAMP

> Jeudi 11 décembre à 21h

Baisers volés | François Truffaut

1968. France. 90 min. Couleurs. Numérique DCP.
Avec Jean-Pierre Léaud, Claude Jade, Delphine Seyrig, Michael Lonsdale
Antoine Doinel, de retour du service militaire, cherche du travail. Il sera veilleur de nuit. Il sera détective privé. Il tombe amoureux. Il retrouve Christine. Que reste-t-il de nos amours ?… Le troisième volet des aventures d’Antoine.

Séance présentée par Denys Clerval, directeur de la photographie du film

En partenariat avec la Cinémathèque française à l’occasion de l’exposition François Truffaut présentée à Paris du 8 octobre 2014 au 25 janvier 2015

> Jeudi 27 novembre à 21h

Le Pianiste (The Pianist) | Roman Polanski

2001. France / Pologne / Allemagne / Grande-Bretagne. 150 min. Couleurs. 35 mm. VOSTF.
Avec Adrien Brody, Emilia Fox, Michal Zebrowski, Maureen Lipman

Durant la Seconde Guerre mondiale, en Pologne, à travers le parcours d’un grand pianiste d’origine juive, le calvaire du ghetto de Varsovie. Adapté du roman autobiographique de Wladyslaw Szpilman, le film n’en est pas moins pour Polanski l’occasion de revenir sur sa propre mémoire et les persécutions antisémites qu’il connut enfant dans le ghetto de Cracovie.

Suivi d’une intervention d’Ophir Lévy, docteur en histoire du cinéma et chargé de cours en esthétique du cinéma à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle

En partenariat avec le Mémorial de la Shoah

> Jeudi 20 novembre à 21h