Menu_fleche_noir

Le film du jeudi

Gloria

John Cassavetes
1980. États-Unis. 123 min. Couleurs. 35 mm. VOSTF.
Avec Gena Rowlands, John Adames, Buck Henry
Le film de mafia versant indé, ça donne la marraine. L’histoire d’une call girl poursuivie par les tueurs de la mafia après avoir recueilli l’enfant d’un comptable assassiné, qui a en sa possession un livre compromettant pour la pieuvre. Courses-poursuites, fusillades et suspense, Cassavetes faisait une entorse à son style intimiste et à son indépendance. Parce que Gloria, en réalité, n’est pas un film indépendant mais une production Columbia. Après l’échec commercial d’Opening Night, Cassavetes avait besoin de se renflouer financièrement. Un accident, disait-il. Un Lion d’or à Venise.

jeudi 25 avril à 21h

À nos amours

Maurice Pialat
1983. France. 102 min. Couleurs. 35 mm.
Avec Sandrine Bonnaire, Dominique Besnehard, Maurice Pialat, Évelyne Ker, Cyril Collard
Éternel marginal du cinéma français, Pialat réalisait avec À nos amours un film remarquable de sensibilité et d’exigence. L’histoire d’une jeune fille qui aime sans aimer, qui aime l’amour, qui aime faire l’amour, mais n’aime pas. Suzanne a quinze ans. Et quand on a quinze ans, on ne badine pas avec l’amour. Elle aimerait bien Luc, mais elle se réfugie dans les aventures sans lendemain, alors que sa cellule familiale explose. La famille dans tous ses états, dans tous ses éclats.

séance accessible aux sourds et malentendants (sous-titrage informatique),
avec le soutien de la Fondation Orange

jeudi 28 mars à 21h

La Bandera

Julien Duvivier
1935. France. 100 min. Noir & blanc. 35 mm. Copie restaurée par les Archives françaises du film du CNC, Bois d’Arcy, avec l’autorisation de Christian Duvivier
Avec Jean Gabin, Annabella, Robert Le Vigan, Pierre Renoir
Pour fuir son passé, Pierre s’engage dans la Légion espagnole. Fernando le suit qui veut la prime mise sur sa tête. Quand tous deux sont envoyés dans un poste avancé où ça barde… La Légion, l’exotisme colonial et le mythe Gabin.

jeudi 7 mars à 21h

Henry et June (Henry and June)

Philip Kaufman
1990. États-Unis. 134 min. Couleurs. 35 mm. VOSTF.
Avec Fred Ward, Uma Thurman, Maria de Medeiros, Richard E. Grant
Le Paris des années 30. Miller travaille son Tropique du cancer. Il rencontre Anaïs Nin, la femme d’un banquier. Oiseau sorti du nid. Elle s’ennuie. Elle veut écrire. Elle écrit un journal. Elle écrit à son journal. Elle raconte à son journal ses désirs, ses tourments. Elle lui raconte sa rencontre avec Miller et avec sa femme, la magnifique et troublante June. Anaïs les envie tous les deux, les désire tous les deux. Avec eux, elle découvre un autre Paris. Celui des écrivains et des prostituées, celui de la bohème et de l’art. Elle devient la maîtresse de l’une puis de l’autre. Elle les révèlera à eux-mêmes tout en se révélant elle-même.

Film interdit aux moins de 12 ans à sa sortie

séance proposée à l’occasion du 110e anniversaire de la naissance d’Anaïs Nin

Le marathon de Nin

Les six tomes du Journal d’Anaïs Nin (1931-1966) étant épuisés depuis de nombreuses années, le marathon de Nin aura pour but de redonner vie à cette voix singulière du XXe siècle si méconnue. Pour cela, trente-six femmes toulousaines, contemporaines d’Anaïs Nin au moment de l’écriture de son journal, évoqueront chaque année du journal par une lecture d’extraits, préalablement choisis par leur soin, d’une durée de 20 minutes. 20 min. × 36 années, ce sont 12 heures de lecture qui se dérouleront un week-end de juin (dates et lieux en cours), parcourant ainsi, à chaque étape du marathon, trois années de la vie d’Anaïs Nin.

jeudi 21 février à 21h

Carmen

Francesco Rosi
1982. France / Italie. 152 min. Couleurs. Numérique DCP.
Avec Julia Migenes-Johnson, Placido Domingo, Ruggero Raimondi,
Faith Esham, Julien Guiomar

présenté par Nicolas Seydoux, dans le cadre de l’hommage à Daniel Toscan du Plantier (voir p. 63)

jeudi 7 février à 20h30