Menu_fleche_noir

Rencontre de cinéma

Rencontre avec Ferruccio Castronuovo

Suivie d’un débat avec le public

On lui doit notamment un superbe documentaire sur le tournage de La Cité des femmes de Fellini. Mais aussi acteur (Splendor d’Ettore Scola) ou encore caricaturiste, Ferruccio Castronuovo a également été assistant ; de Federico Fellini d’abord (douze ans), Luigi Zampa ou Sergio Leone, ce qui en fait un témoin privilégié de l’âge d’or du cinéma italien. On l’aura découvert plus intimement mardi 6 avril avec le film que Thierry Gentet lui a consacré, La vita, un lungo viaggio in treno – Portrait d’un cinéaste italien, Ferruccio Castronuovo. Ce soir il nous entraînera plus largement dans les arcanes du cinéma italien.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Mercredi 7 avril à 19h30

Suivi de …

La Voce della luna
Federico Fellini
1990. Italie / France. 120 min. Couleurs. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec Roberto Benigni, Sim, Paolo Villagio, Nadia Ottaviani
Le dernier film du maître. Une comédie mélancolique. Une balade poétique à travers l’histoire d’un vagabond envoûté par la lune. Elle lui parle du fond des puits. Il la suit et elle nous entraîne à la rencontre de personnages désenchantés dans un monde lunatique. Un film qui ne se raconte pas, mais qui se savoure quartier par quartier comme ceux dudit astre, comme ceux de la fameuse orange, bleue comme la Terre.

Mercredi 7 avril à 21h (présenté par Ferruccio Castronuovo, cinéaste)

Festival Zoom Arrière 2010

Dans le cadre du festival Zoom Arrière, différents évènements… Plus de détails…

Rencontre avec Maggie Cheung

accompagnée d’Anne Fontaine et de Jacques Fieschi
suivie d’un débat avec le public

Réservation accueil@lacinemathequedetoulouse.com
Retrait des places à 19h30 à l’UGC le jour même.
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Samedi 6 mars à 20h à l’UGC

Une soirée avec Bertrand Tavernier, cinéaste

Surtout connu pour ses films, Coup de torchon, La Fille de d’Artagnan, L’Appât, L 627, ou La Guerre sans nom et L’Horloger de Saint-Paul que nous projetterons, l’un dans « La France en docs », l’autre dans « Simenon au cinéma », Bertrand Tavernier est aussi scénariste, producteur (Little Bear production), critique de cinéma et président de l’Institut Lumière de Lyon. On lui doit également des ouvrages de référence sur le cinéma dont 50 ans de cinéma américain (avec Jean-Pierre Coursodon) et le récent Amis américains.

Le bonus :
Une rencontre avec Bertrand Tavernier à la librairie Ombres Blanches autour de son livre Pas à pas dans la brume électrique (éd. Flammarion), consacré au tournage de Dans la brume électrique. Un bonus littéraire pour changer. Parce qu’au traditionnel making of qui prend de plus en plus des allures de plateforme promotionnelle, le récit de tournage procure de bien plus fortes sensations et une intimité inégalable avec l’auteur et son œuvre.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Samedi 13 février à 17h à la librairie Ombres Blanches et à 22h à la Cinémathèque

· · · · · ·

Dans la brume électrique
Bertrand Tavernier
2009. France / États-Unis. 117 min. Couleurs. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec Tommy Lee Jones, John Goodman, Peter Sarsgaard, Kelly Macdonald, Mary Steenburger
La Louisiane après Katrina. Les toits se sont envolés laissant ouvertes les fractures sociales. Les bayous s’en sont vus également tout remués, mettant à nu de vieux ossements enchaînés. C’est alors que de jeunes filles sont retrouvées assassinées cependant que le parrain local se lance dans la production d’un film hollywoodien. Et au milieu de tout ce remue-ménage, l’inspecteur Dave Robicheaux aux prises avec ses propres démons, fantômes du passé bientôt rejoints par une troupe de soldats confédérés…

Samedi 13 février à 20h (suivi d’une rencontre avec Bertrand Tavernier)

Rencontre avec Jean-Louis Comolli, cinéaste

Critique aux Cahiers du cinéma de 1962 à 1978, dont il fut également rédacteur en chef, fanatique et spécialiste de jazz, Jean-Louis Comolli est aujourd’hui principalement connu pour son travail de documentariste (notamment sa série de films sur Marseille dont il suit toutes les campagnes électorales depuis 1968). Sa particularité : un regard politique très acéré – ce qui habite également ses films de fiction (La Cécilia, L’Ombre rouge…). Auteur d’ouvrages indispensables tels que Cinéma contre spectacle ou Voir et pouvoir, il est surtout une des rares intelligences du regard sur le cinéma.

Entrée libre dans la limite des places disponibles | Mardi 12 janvier à 19h30

· · · · · ·

L’Affaire Sofri
Jean-Louis Comolli
2001. France.
Ce film est né de la lecture d’un livre, Le Juge et l’Historien, de Carlo Ginzburg à la suite du premier procès du leader d’extrême gauche Adriano Sofri et de ses camarades, en 1991. Avec Carlo Ginzburg, Jean-Louis Comolli, s’appuyant sur le cas Sofri, analyse ici le travail du juge, explore les rapports entre le droit, l’histoire et la raison d’État.

Mardi 12 janvier à 21h (séance présentée par le cinéaste) – Samedi 16 janvier à 17h