Menu_fleche_noir

Rencontre de cinéma

Rencontre avec Maggie Cheung

accompagnée d’Anne Fontaine et de Jacques Fieschi
suivie d’un débat avec le public

Réservation accueil@lacinemathequedetoulouse.com
Retrait des places à 19h30 à l’UGC le jour même.
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Samedi 6 mars à 20h à l’UGC

Une soirée avec Bertrand Tavernier, cinéaste

Surtout connu pour ses films, Coup de torchon, La Fille de d’Artagnan, L’Appât, L 627, ou La Guerre sans nom et L’Horloger de Saint-Paul que nous projetterons, l’un dans « La France en docs », l’autre dans « Simenon au cinéma », Bertrand Tavernier est aussi scénariste, producteur (Little Bear production), critique de cinéma et président de l’Institut Lumière de Lyon. On lui doit également des ouvrages de référence sur le cinéma dont 50 ans de cinéma américain (avec Jean-Pierre Coursodon) et le récent Amis américains.

Le bonus :
Une rencontre avec Bertrand Tavernier à la librairie Ombres Blanches autour de son livre Pas à pas dans la brume électrique (éd. Flammarion), consacré au tournage de Dans la brume électrique. Un bonus littéraire pour changer. Parce qu’au traditionnel making of qui prend de plus en plus des allures de plateforme promotionnelle, le récit de tournage procure de bien plus fortes sensations et une intimité inégalable avec l’auteur et son œuvre.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Samedi 13 février à 17h à la librairie Ombres Blanches et à 22h à la Cinémathèque

· · · · · ·

Dans la brume électrique
Bertrand Tavernier
2009. France / États-Unis. 117 min. Couleurs. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec Tommy Lee Jones, John Goodman, Peter Sarsgaard, Kelly Macdonald, Mary Steenburger
La Louisiane après Katrina. Les toits se sont envolés laissant ouvertes les fractures sociales. Les bayous s’en sont vus également tout remués, mettant à nu de vieux ossements enchaînés. C’est alors que de jeunes filles sont retrouvées assassinées cependant que le parrain local se lance dans la production d’un film hollywoodien. Et au milieu de tout ce remue-ménage, l’inspecteur Dave Robicheaux aux prises avec ses propres démons, fantômes du passé bientôt rejoints par une troupe de soldats confédérés…

Samedi 13 février à 20h (suivi d’une rencontre avec Bertrand Tavernier)

Rencontre avec Jean-Louis Comolli, cinéaste

Critique aux Cahiers du cinéma de 1962 à 1978, dont il fut également rédacteur en chef, fanatique et spécialiste de jazz, Jean-Louis Comolli est aujourd’hui principalement connu pour son travail de documentariste (notamment sa série de films sur Marseille dont il suit toutes les campagnes électorales depuis 1968). Sa particularité : un regard politique très acéré – ce qui habite également ses films de fiction (La Cécilia, L’Ombre rouge…). Auteur d’ouvrages indispensables tels que Cinéma contre spectacle ou Voir et pouvoir, il est surtout une des rares intelligences du regard sur le cinéma.

Entrée libre dans la limite des places disponibles | Mardi 12 janvier à 19h30

· · · · · ·

L’Affaire Sofri
Jean-Louis Comolli
2001. France.
Ce film est né de la lecture d’un livre, Le Juge et l’Historien, de Carlo Ginzburg à la suite du premier procès du leader d’extrême gauche Adriano Sofri et de ses camarades, en 1991. Avec Carlo Ginzburg, Jean-Louis Comolli, s’appuyant sur le cas Sofri, analyse ici le travail du juge, explore les rapports entre le droit, l’histoire et la raison d’État.

Mardi 12 janvier à 21h (séance présentée par le cinéaste) – Samedi 16 janvier à 17h

Rencontre avec Sonia Schoonejans, danseuse, écrivain

suivie d’un débat avec le public

Belge vivant à Paris, Sonia Schoonejans a mené parallèlement de front une carrière de danseuse et d’écrivain, de conférencière et de commissaire d’exposition. Elle est notamment l’auteur du livre Une année avec Fellini : journal de tournage (éditions Klincksieck) préfacé par Alberto Moravia. Elle a réalisé pour Arte la série Un siècle de danse qui a remporté le premier prix du concours Vidéo Danse. Elle vient de publier un récit Le Geste de Lacan chez Que (Groupe Luc Pire) qu’elle avait présenté au Théâtre-Poème. Depuis 2001, elle enseigne l’histoire de la danse au CEFEDEM de Nantes, et dirige plusieurs expositions dont Un Siècle de danse, Pina Bausch, Pietragalla, Du cake walk au hip hop : une histoire de la danse afro-américaine, etc. Depuis 2003, elle est à la tête d’une nouvelle collection aux éditions Complexe « Territoires de la danse ».

Entrée libre dans la limite des places disponibles – Mardi 8 décembre à 19h30

· · · · · ·

West Side Story
Robert Wise, Jerome Robbins
1961. États-Unis. 155 min. Couleurs. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec Natalie Wood, Richard Beymer, Russ Tamblyn, Rita Moreno, George Chakiris
Roméo et Juliette revu et adapté dans le West Side new-yorkais sur fond de guerre des gangs. D’un côté les Jets, de l’autre les Sharks. Blancs contre Portoricains. Et au milieu, Maria et Tony, les amoureux transgressifs… Welcome In America. Énorme succès sur scène ; alors que depuis quelques années Hollywood ne se contentait plus que de mettre en images les spectacles made in Broadway, cette adaptation signait un vrai retour au cinéma. Dix oscars et l’on crut au retour de la comédie musicale sur le devant de l’écran. Il en entamait le chant du cygne.

Mardi 8 décembre à 21h – séance présentée par Sonia Schoonejans

Rencontre avec Hüseyin Karabey, cinéaste

suivie d’un débat avec le public

Jeune cinéaste d’origine kurde, Hüseyin Karabey est le talent montant de la nouvelle scène indépendante du cinéma turc. Sélectionné dans de nombreux festivals internationaux, My Marlon and Brando est son premier film de fiction. Mais Hüseyin Karabey avait déjà abondamment fait parler de lui, en Turquie et dans le monde entier, par ses documentaires – tant par leur forme que par leurs sujets brûlants : la disparition de 5000 activistes politiques dans la Turquie des années 90 (Boran, un court métrage) ou son tour des prisons occidentales (Allemagne, Italie, Espagne, Irlande du nord, États-Unis) pour dénoncer le système carcéral et les conditions de détention, notamment des prisonniers politiques (Silent Death).

Entrée libre dans la limite des places disponibles – Mercredi 4 novembre à 19h30

· · · · · ·

My Marlon and Brando (Gitmek)
Hüseyin Karabey
2008. Turquie. 92 min. Couleurs. 35 mm.
Version originale sous-titrée en français.
Avec Ayca Damgaci, Hama Ali Khan, Cengiz Bozkurt
La rencontre amoureuse de deux acteurs sur un tournage, Ayca et Hama Ali. Elle est stambouliote, il est Kurde irakien. Mais le tournage terminé chacun rentre chez soi. Leur relation se poursuit pourtant. Par téléphone. Par courrier. Mais surtout grâce à la vidéo et l’envoi de cassettes. Les États-Unis ont envahi l’Irak et Ayca n’y tient plus. Elle décide de rejoindre Hama Ali et se lance dans un voyage digne d’une odyssée à travers des territoires extraordinaires (la Turquie, l’Iran, l’Irak) à la fois si proches et si loin. Un road movie insolite où l’humour et les rencontres côtoient les horreurs de la guerre et l’absurdité des conflits, où la fiction et la réalité s’entremêlent, puisqu’il s’agit là de la véritable histoire d’Ayca Damgaci qui joue son propre rôle. Un regard neuf à découvrir.

Mercredi 4 novembre à 21h – séance présentée par le cinéaste