Numéro spécial Zoom arrière | Mars 2009

Ouverture plus forte vers l’extérieur

Pour sa troisième édition, Zoom arrière reste fidèle à son identité – partager le patrimoine cinématographique avec un large public – mais fait le pari, cette année, d’une ouverture plus forte vers l’extérieur. Avec la volonté d’un double mouvement : aller à la rencontre de publics différents pour faire rayonner le cinéma dans sa profondeur historique et enrichir, en retour, notre propre regard sur le patrimoine.

Zoom arrière se déroulera ainsi dans plusieurs quartiers et lieux de Toulouse, de la Haute-Garonne et de Midi-Pyrénées. Une partie de la programmation sera reprise à Paris, Grenoble, Nice et Perpignan, et trouvera même un écho lors du prochain festival de Bologne au début de l’été 2009. Plusieurs cinémathèques européennes viendront montrer leurs dernières restaurations, tandis que le public jeune se verra proposer de nouveaux outils pour se familiariser avec le patrimoine cinématographique. Le cinéma s’est toujours moqué des frontières, quelles qu’elles soient, et c’est bien cette dimension essentielle du 7e Art que la Cinémathèque de Toulouse choisit de mettre à l’honneur durant Zoom arrière.

Natacha Laurent, Déléguée générale

Colloque international Kinojudaica : l’image
des Juifs dans le cinéma de Russie et d’Union soviétique

Les 12 et 13 mars, se tiendra le colloque du festival Zoom arrière qui a cette année pour thème « Kinojudaica : le cinéma juif de Russie et d’Union soviétique ». Il réunira une quinzaine de chercheurs et d’historiens internationaux spécialistes de la question. Pour éclairer les débats, plus d’une trentaine de films produits entre les années 1910 et les années 60 dans l’empire russe puis en Union soviétique sont programmés du 3 au 15 mars.

Responsables scientifiques du colloque :
Oleg Budnitski (Moscou), Natacha Laurent (Toulouse), Valérie Pozner (Moscou-Paris).

Le programme

Matinée du 12 mars :
Présentation générale
La vie des Juifs en Palestine : redécouverte et restauration du film.

Les films « juifs » et leur rôle dans l’évolution des genres du cinéma russe des années 1910.
La création du mythe d’Odessa où comment Moïse Vinnitski devint Bénia Krik.
– Nathan Becker et la question du retour dans la culture soviètique juive.

Après-midi du 12 mars : 
La « commune juive », du cauchemar social au rêve cinématographique (1927-1939) ?
La participation de l’OZET dans la production du film documentaire Birobidjan (1937).
De la fiction au documentaire : l’itinéraire de Mikhail Romm, cinéaste soviétique et / ou cinéaste juif.

Matinée du 13 mars :
Le cinéma contre l’antisémitisme : l’exemple de la campagne de la fin des années 20.

Le cinéma dans la presse yiddish de Biélorussie dans les années 1920.

La représentation des Juifs dans le cinéma allemand, américain et soviétique des années 30.
Représenter l’Holocauste : Les Insoumis (1945), Tailleur pour dames (1990), Papa (2004).

Après-midi du 13 mars :
Renégat, émigré, juif : la transformation du langage artistique du cinéma soviétique dans le film de Gleb Panfilov Théma (1979)

Les animaux métaphysiques : projections socioculturelles de l’image du Juif dans les films d’animation pour enfant de la fin de la période soviétique.

Kinojudaica : quelles perspectives pour l’histoire du cinéma, l’histoire de la culture juive, l’histoire de l’Union soviétique ?
– Conclusion générale.

L’ensemble des débats du colloque sera retransmis sur « les sentiers de la Création », webradio de franceculture.com dans le cadre du partenariat entre La Cinémathèque de Toulouse et France Culture.

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Le Monde perdu accompagné à l’orgue
en la basilique Saint-Sernin par Wolfgang Seifen

C’est une expérience unique que le public va vivre le 10 mars grâce au partenariat de La Cinémathèque de Toulouse avec Toulouse les Orgues.

La séance sera présentée par Aurélien Férenczi, rédacteur en chef délégué du service cinéma de Télérama.

À propos du film :

Le Monde perdu (The Lost World) d’Harry O. Hoyt.

Une expédition zoologique découvre en Amérique du Sud un monde perdu où vivent des animaux préhistoriques. Le professeur Challender et ses collègues aventuriers parviennent à capturer un brontosaure et le ramènent à Londres. Faut-il voir Le Monde perdu comme une lointaine ébauche de King Kong ? Assurément oui. D’autant plus que c’est Willis O’Brien, ici responsable des effets spéciaux, qui animera le singe géant le plus célèbre de l’histoire du cinéma. Si Le Monde perdu rencontre un succès populaire sans précédent pour l’époque c’est grâce à la qualité de ses trucages…

Mardi 10 mars à 20 h 30 | À partir de 9 ans | Plein tarif : 15 €, tarif réduit : 10 €, tarif jeune : 3 € | Retrait des places conseillé.

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Ciné-concert Méliès, avec des magiciens
et un goûter

Au cours de ce voyage dans l’univers du « cinémagicien », en compagnie de ses descendants, nous allons à la rencontre des plus petits. Enchanteur…

Un homme de têtes (1898), À la conquête du pôle (1911, version longue et en couleurs), Après le bal le tub (1897), Barbe Bleue (1901), Cake-walk infernal (1903), La Fée carabosse (1906, couleur), Satan en prison (1907), Spiritisme abracadabrant (1903), Le Thaumaturge chinois (1904), Voyage dans la lune (1902), et encore Le Voyage de Gulliver à Lilliput et chez les géants (1902 – couleur).

Films accompagnés au piano par Lawrence Lehérissey. En présence de Marie-Hélène Lehérissey-Méliès.

Ce ciné-concert sera suivi d’une démonstration de tours de magie par Anne, Alsen, Rémiladoré, Xavier Constantine et Didier, prestidigitateurs de l’association Magicus et se terminera par un goûter offert par la Cinémathèque et Ethicable.

Dimanche 8 mars à 15 h 30 | Pour tous, à partir de 5 ans.

Copies en 35 mm. Provenance : La Cinémathèque Méliès, association Les amis de Georges Méliès, Paris.

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Programme Jean Rouch
avec Les Archives françaises du film

Une soirée pour découvrir, sur grand écran, différentes facettes de l’œuvre de Jean Rouch dont la curiosité et la créativité se sont étendues bien au-delà du cinéma français. Une occasion aussi de s’interroger sur la place du réalisateur dans le processus documentaire qu’explore ici Rouch avec délectation.
« Les Archives françaises du film du CNC et la Bibliothèque nationale de France ont lancé en 2007 un programme de collecte, d’inventaire, de catalogage et de restauration des archives filmiques, photographiques et papier de Jean Rouch afin de mettre à disposition du public cette œuvre protéiforme. Les films présentés dans le cadre de Zoom arrière 2009 sont les premiers fruits de cette entreprise au long court. »

Deux mots du programme :

Au pays des Mages noirs (1947 / 1949), Funérailles de femmes à Bongo (1973), Ispahan : Lettre persane (1977) et Couleur du temps : Berlin, août 1945 (1988).

Lundi 9 mars à 20 h.

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Quatre musiciens de Zoom arrière
à la rencontre du public

À l’occasion du festival, pas moins de 11 musiciens apportent une contribution exceptionnelle aux projections de cette troisième édition.
Parmi eux, Raphaël Howson, Mathieu Regnault, Grégory Daltin et Michel Lehmann dialogueront avec le public. Cette rencontre est organisée au Bistrot de La Cinémathèque, la tente installée dans la cour pour toute la durée du festival.

Mardi 10 mars à 19 h.



Raphaël Howson

Il accompagne au piano la projection « Cinéma forain 1908 », mercredi 4 mars à 20 h 30 ; le programme de courts métrages restaurés par la Cinémathèque française, jeudi 5 mars à 20 h ; la soirée « Combattre l’antisémitisme », Kinojudaica, mercredi 11 mars à 18 h et la séance de projections Toulouse retrouvée, vendredi 13 mars à 20 h.
C’est également lui qui accompagnera la séance de projections qui conclura l’atelier d’écriture « le muet prend la parole », samedi 14 mars à 15 h 30, avec la Médiathèque de Tournefeuille.

Mathieu Regnault


Il accompagne au piano le ciné-concert exceptionnel « Dans le sillage de Méliès », mardi 3 mars à 21 h ; la projection « Méliès et ses épigones », vendredi 6 mars à 22 h 15 et La Vie des juifs en Palestine, de Miros Grossman, lundi 9 mars à 18 h.



Grégory Daltin


Il accompagne à l’accordéon Le Tigre vert, de Paul Sloane, jeudi 26 février à 12 h 45 à l’université Toulouse II ; Le Fantôme du moulin rouge de René Clair, mardi 3 mars à 19 h.



Michel Lehmann


Il accompagne au piano Faust, de Friedrich Wilhelm Murnau, samedi 14 mars à 20 h.

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Images : Frontière de Michail Dubson, La Commissaire d’Alexandre Askoldov, Le Monde perdu d’Harry O. Hoyt, À la conquête du pôle de Georges Méliès.

La Cinémathèque de Toulouse
69 rue du Taur – 31000 Toulouse – 05 62 30 30 10
www.lacinemathequedetoulouse.com
Si cette lettre d’information ne s’affiche pas correctement, veuillez cliquer ici.
La Cinémathèque de Toulouse, tous droits réservés.