La Cinémathèque de Toulouse
Numéro spécial Zoom arrière | Mars 2009

Un lien continuel

Nous ne serions qu’une Archive si tout reposait sur la conservation ; nous ne serions qu’un cinéma si tout reposait sur la projection. La volonté de La Cinémathèque de Toulouse se résume ainsi dans le lien que nous entretenons continuellement entre conservation et valorisation du patrimoine cinématographique. Cette troisième édition de Zoom Arrière en est la démonstration. 

C’est tout naturellement que les choix de projection et de conservation s’entrecroisent en permanence. La Cinémathèque de Toulouse est là pour raconter une histoire du cinéma, une histoire que tous les publics s’approprient, manipulent, expérimentent… L’expérience cette année de l’atelier d’écriture d’intertitres, de l’organisation du prix du Jury Jeune Arte, ont apporté beaucoup à ce titre. Cette histoire continue.

La rédaction

Remise du prix du Jury Jeunes
Arte / France Culture

Tout au long de Zoom arrière, dix élèves toulousains de terminale, constitués en Jury Jeunes, ont visionné dans des conditions professionnelles un corpus de films du patrimoine.

Le Jury Jeunes Arte / France Culture a visionné 8 films, couvrant les trois sections du festival : magie et cinéma, Kinojudaica et restaurations récentes 

Plan 9 from outer space d’Ed Wood

Le Voyage fantastique de Richard Fleischer

Les Aventures fantastiques du baron de Münchhausen de Josef von Bàky

Le Monde perdu d’Harry O. Hoyt

Judex de Georges Franju

La Commissaire d’Alexander Askoldov

Un bonheur juif d’Alexandre Granovski

Un programme de films de Jean Rouch restaurés par les Archives Françaises du Film.

Ces jeunes jurés décerneront leur prix le 14 mars à 16 h, puis, à 18 h, seront invités à assister au ciné-concert Retour de flamme de Serge Bromberg.

Samedi 14 mars à 16 h.

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Ciné-concert Retour de flamme

Depuis 15 ans, le collectionneur Serge Bromberg présente et accompagne au piano des films anciens rarissimes, miraculeusement retrouvés dans les caves et les greniers de particuliers. Un spectacle insolite et magique recréant l’ambiance des toutes premières projections de cinéma, malicieusement animé par un mordu des vieilles bobines qui nous invite au voyage…

Le résultat : un spectacle inclassable, insolite, dont on ressort émerveillé et surpris par des images d’un autre monde, naïves ou au contraire incroyablement modernes. De la magie pure…

La Belle et la Bête d’Albert Capellani (France, 1908, colorié au pochoir)

Dr Pyckle and Mr Pride (États-Unis, 1925, avec Stan Laurel)

Petites causes, grands effets

O’Galop (France, 1918)

Le Cochon danseur (France, 1907)

Presto change (États-Unis, 1939)

What Price Goofy ? de Leo Mc Carey (États-Unis, 1924, avec Charley Chase)

Et quelques surprises…

Samedi 14 mars à 18 h | À partir de 9 ans.

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Le muet prend la parole

Projection des travaux de l’atelier d’écriture d’intertitres avec la Médiathèque de Tournefeuille.

Et si les seules images d’un film pouvaient raconter de multiples histoires, laquelle choisir alors ? Et si on avait à raconter aujourd’hui cette histoire, comment l’écririons-nous ?

L’atelier d’écriture d’intertitres Le muet prend la parole proposé par La Cinémathèque de Toulouse et la Médiathèque de Tournefeuille a abordé ce double questionnement. Animé par Alice Gallois et Pascal Cabero, l’atelier s’est déroulé pendant quatre jours entre janvier et février 2009 à la Médiathèque de Tournefeuille. Face à un film sans générique ni intertitre, les membres de l’Atelier se sont livrés aux délices et aux tourments de leur imagination et confronteront leur écriture actuelle à la version originelle de la même œuvre.

Films accompagnés au piano par Raphaël Howson.

Séance organisée à l’occasion du 10e anniversaire de la Médiathèque de Tournefeuille.

Samedi 14 mars à 15 h 30 | Entrée libre, dans la limite des places disponibles | Réservation vivement recommandée.

Reprise de cette séance à Utopia Tournefeuille le samedi 21 mars à 20 h 30.

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Soirée de clôture : Les Poupées du diable

en avant-première à l’UGC

Dimanche, Zoom arrière range ses bobines et donne rendez-vous au public à la fin de l’hiver prochain. Mais avant, la soirée de clôture rendra hommage à Tod Browning, qui nous plonge avec Les Poupées du diable dans un fantastique merveilleux où l’ironie le dispute à la poésie…

Les Poupées du diable (The Devil Doll) de Tod Browning (États-Unis, 1936). Avec Lionel Barrymore, Maureen O’Sullivan, Frank Lawton.

Victime d’une machination et incarcéré sur l’île du diable, un banquier s’évade avec un drôle de chimiste qui a mis au point un procédé de miniaturisation des êtres vivants. Lavond, c’est son nom, est bien décidé à laver l’affront, à commencer par faire d’un de ses anciens associés qui l’ont trahi une poupée humaine… Truquages parfaitement maîtrisés, on est loin du réalisme mordant de Freaks (La Monstrueuse parade) et si l’on est toujours dans le registre du film de vengeance, Browning nous plonge ici dans un fantastique merveilleux où l’ironie le dispute à la poésie.

Film présenté en avant-première nationale avec la collaboration de Carlotta Films.

Dimanche 15 mars à 19 h.

Tarifs Cinémathèque : plein tarif 5 €, tarif réduit 4 €. Carte CinéFolie, pass week-end et pass festival Zoom arrière : gratuit (dans la limite des places disponibles). Billetterie à l’UGC.

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Clôture du colloque 2009

Le colloque international consacré à l’image des Juifs dans le cinéma de Russie et d’Union Soviétique organisé par La Cinémathèque de Toulouse vient de se terminer. Il aura permis de fructueux débats et des projections aussi rares qu’inédites.

Il faut à ce titre remercier Vladimir Dmitriev, directeur du Gosfilmofond de Moscou, ainsi que Natalia Kalantarova, directrice du RGAKFD*, tous deux présents tout au long du colloque.

* le RGAKFD est l’archive du film documentaire de Krasnogorsk, anciennement rattachée au KGB ; certaines images présentées à Toulouse n’avaient ainsi jamais été montrées en Europe occidentale.

Le catalogue édité à l’occasion de Kinojudaica regroupe des monographies de tous les films présentés, des articles de presse d’époque et une importante iconographie. Il est en vente dans toutes les librairies mais également à La Cinémathèque de Toulouse et au Mémorial de la Shoah à Paris.

Les actes du colloque seront disponibles à partir de la fin 2009. Ils restitueront l’ensemble des débats. D’ici là, pour revivre cet événement, branchez-vous sur les Sentiers de la création, la webradio de franceculture.com. L’ensemble des débats y sera retransmis d’ici une quinzaine de jours…

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Images : Les Poupées du diable de Tod Browning. Le Monde perdu d’Harry O. Hoyt

La Cinémathèque de Toulouse
69 rue du Taur – 31000 Toulouse – 05 62 30 30 10
·
www.lacinemathequedetoulouse.comEspace presse
Si cette lettre d’information ne s’affiche pas correctement, veuillez cliquer ici.
Vous recevez cette lettre d’information car vous êtes inscrit
à la liste de diffusion de la Cinémathèque, pour vous désinscrire, cliquez ici.
La Cinémathèque de Toulouse, tous droits réservés.