Menu_fleche_noir

Le cabinet de curiosités

Hara-Kiri (Samuraï)

Raymond Cannon
1945. États-Unis. 78 min. Noir & blanc. 16 mm. VF.
Avec Paul Fung, Luke Chan, David Chow, Fred C. Bond, Barbara Woodell
Un film de propagande anti-japonais réalisé par les États-Unis en guerre et revu par la France d’après-guerre. Le tout pour une histoire incroyable digne d’un pulp des plus farfelus. Un jeune orphelin de guerre d’origine japonaise, adopté par un couple californien, est pris sous son aile par un prêtre qui n’est autre qu’un samouraï espion nippon. Ce dernier met l’enfant sur la voie du bushido et en fait un redoutable tueur…

mardi 22 octobre à 19h15 (salle 2)

Le Port de la drogue (Pickup on South Street)

Samuel Fuller
1953. États-Unis. 78 min. Noir & blanc. 35 mm. VF.
Avec Richard Widmark, Jean Peters, Thelma Ritter
Un pickpocket, en refaisant des poches, intercepte par hasard un microfilm espion à destination de Moscou. La police lui demande son concours. Il n’aime pas la police. Mais il aime encore moins les communistes… Dans la version doublée en français, le microfilm devient de la drogue et les espions communistes des trafiquants. Explication : dans les années d’après-guerre, le PCF est très puissant et populaire. Beaucoup de Français sont communistes. Pour une bonne exploitation, on détourne le sens original du film, pour ne pas se priver du public communiste.

(sous réserve)

Aberrations du doublage en deux films

mardi 11 juin à 19h15 (salle 2)

La Proie du désir (Desiderio)

Marcello Pagliero, Robert Rossellini
1946. Italie. 91 min. Noir & blanc. 35 mm. VF.
Avec Ellio Parvo, Massimo Girotti, Carlo Ninchi
Une prostituée tente de refaire sa vie avec un horticulteur, mais son passé la poursuit et sa sensualité continue de faire des dégâts… Un mélodrame débuté par Rossellini en 1943, repris par Pagliero pour finalement sortir en 1946 en Italie. Il ne sortira que dix ans plus tard en France et dans une salle habituée à passer des films pour leurs attraits érotiques. Le public habituel vient de préférence découvrir le haut d’une cuisse au détour d’un plan, aussi on ne s’embarrasse pas d’un sous-titrage de la bande, ni d’un doublage. On plaque sur la bande-son originale un commentaire en français qui résume l’action. Ça revient moins cher et ce n’est pas pour la beauté de l’art que l’on a décidé d’exploiter ce film.

Aberrations du doublage en deux films

mardi 21 mai à 19h15 (salle 2)

Face au bolchevisme

Fritz Hippler
1941. Allemagne. 58 min. Noir & blanc. 35 mm. VF.
Document d’histoire. Film de propagande nazi réalisé à partir d’images récoltées par les opérateurs militaires. Film politique et virulent d’une Allemagne nazie victorieuse qui montre, justifie et exalte le succès de ses armes. Un outil de propagande qui visait à recruter des volontaires pour la L.V.F., la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme. Les prises de vues débutent le jour où l’Allemagne attaque l’URSS et s’achèvent huit semaines plus tard, avant la prise de Kiev.

mardi 23 avril à 19h15 (salle 2)

Ariane, jeune fille russe

Paul Czinner
1931. France. 85 min. Noir & blanc. 35 mm.
Avec Gaby Morlay, Rachel Devirys, Maria Fromet, Marguerite de Morlaye
La filmographie de Paul Czinner est une véritable cartographie traçant des droites hasardeuses de Budapest à Londres, en passant par Vienne, Berlin, New York et Paris. Ariane, jeune fille russe, histoire d’une jeune étudiante et d’un quadragénaire pour l’amour duquel elle joue les femmes libres et volages, est son premier film français. Suivra Mélo avec encore Gaby Morlay. C’est d’ailleurs elle qui insista pour tourner ce film et qui choisit pour la diriger, Czinner, déjà auteur d’un Ariane allemand avec, dans le rôle titre, Elisabeth Bergner, sa femme. Billy Wilder en donnera une nouvelle version en 1957 avec Audrey Hepburn.

mardi 12 mars à 19h15 (salle 2)