Rubrique_evenements_festivals

Menu_fleche_noir

Extrême Cinéma

Festival Extrême Cinéma | 2012

Une horde de films baroques, biscornus et bizarres. Une meute d’œuvres excentriques, extravagantes et énigmatiques. Coincée entre grandeur et décadence, Zoofilms, la nouvelle programmation d’Extrême Cinéma, déboule dans un déferlement de griffes, de dents, de poils et d’interrogations. Des classiques, des obscurités, des oubliés du 7e Art accouplés et boulonnés, quelque fois de force et souvent en douceur, assemblés en une cohorte invraisemblable où les hommes côtoient leurs plus fidèles amis les bêtes pour le meilleur et pour le pire, où l’humanité roucoule avec ses instincts les plus bestiaux pour probablement le pire. Loups-garous, cochons en mal d’amour, chiens plus humains que leur maîtres, canidés psychopathes, singes géants, canards guitaristes et chaînons manquants, anthropomorphisme et zoopsychiatrie, de quoi se sentir libre comme des bêtes ! À l’inverse d’un Lon Chaney contrit de douleur dans son harnais de cul de jatte. Dans l’indispensable The Penalty (1920), l’acteur déverse ce subtil mélange de cruauté et d’humanité, idéal pour un ciné-concert d’ouverture aux accents métalliques de verre brisé. Et sans transition aucune, le cinéaste belge Thierry Zéno, auteur du sulfureux Vase de noces (1974), nous dévoilera les dessous d’une histoire d’amour contre-nature aussi existentielle que frondeuse. Sédition toujours, grâce à la présence de Lucile Hadzihalilovic qui apportera avec La Bouche de Jean-Pierre (1995) et Innocence (2004), deux étranges et étouffantes visions de l’enfance, la respiration nécessaire dans ce flot d’animalité. Enfin, pour parachever les festivités, une nuit de clôture conçue à l’aide du procédé révolutionnaire du ZooRama, une technologie de pointe qui permettra la rencontre hybride entre extra-terrestres belliqueux, vampires de l’espace, invités de chair et de sang (la scénariste Marija Nielsen et le réalisateur Frédéric Grousset) et Goat River, groupe en charge d’un ciné-concert incongru en forme d’incitation à d’illicites plaisirs terrestres. Bizarre, vous avez dit bizarre… Tiens, comme c’est bizarre.

Extrême Cinéma | 14e édition | 13 > 17 novembre 2012

+ DE 20 ZOOFILMS
Une horde de films singuliers, baroques et atypiques, une meute d’œuvres de tout âge sondant les rapports brutaux, sensuels et ambigus qu’entretiennent l’Homme et ses amis les bêtes. Zoofilms où comment gratter le vernis de la civilisation trop brillant pour être humain.

CinÉ-concert d’ouverture
Satan (The Penalty) de Wallace Worsley
par Va Rog Domnule (violoncelle, basse, ferraille)

précédé et suivi d’un set dj
mardi 13 novembre à 21h

les invitÉs
Frédéric Grousset, Lucile Hadzihalilovic, Marija Nielsen, Thierry Zéno…

la Nuit EN ZOORAMA
longs et courts métrages, bandes-annonces, ciné-concert, sans oublier café et croissants au petit matin
samedi 17 novembre à partir de 22h

Programmation en cours…

Extrême cinéma | 2012

14e édition | 13 > 17 novembre 2012

Extrême Cinéma, 14e édition. Alors que de nombreux festivals de cinéma proposent désormais dans leur programmation une section « cinéma bis », la Cinémathèque de Toulouse continue de défricher, avec une approche spécifique, et dont le caractère pionnier est désormais reconnu, les marges du cinéma. Non pas pour s’encanailler mais bien pour explorer des thématiques surprenantes, voire difficiles à accepter, qui interrogent les limites de ce que nous avons l’habitude de côtoyer. Et toujours avec cette volonté qui caractérise la Cinémathèque de Toulouse de refuser les chapelles, de favoriser les décloisonnements, d’aiguiser la curiosité.

En 2012, la programmation sera consacrée à nos amis les bêtes sous le titre «ZOOFILMS».

 
 

Extrême Cinéma | 14e édition | 13 > 17 novembre 2012

zoofilms

Crocs et griffes au dehors, hirsutes de tout poil, la queue en tire-bouchon, voici donc débarquer les Zoofilms. Des films avec des animaux dedans. Des films dont la matière première est animale. Que les animaux en soient le sujet, les personnages principaux, ou partie prenante de l’intrigue. Avec en filigrane bien sûr, l’homme. L’homme et l’animal, la bestialité. L’homme confronté à l’animalité.

Le lieu commun en la matière, pour être intelligent, veut que l’on s’interroge sur la part animale de l’homme, que l’on joue au funambule sur la frontière ténue qui sépare l’homme de l’animal. Avouons-le, nous avons franchi cette frontière et basculé du côté de l’animal. Nous sommes des primates. Nous sommes des cochons. Nous sommes des chiens. À vouloir jouer les Montesquieu, à chercher les lettres cinématographiques d’un chat persan de celluloïd pour révéler l’animal derrière l’homme – à moins que ce ne soit l’inverse – nous avons réveillé la bête. Nous avons perdu la raison et répondu à l’instinct. Les Zoofilms ont accouru comme la savane au cri de Tarzan. Et ils nous ont laissés stupéfaits comme lorsqu’enfants nous regardions Manimal se transformer. Il n’était plus question de s’interroger, il était question de se laisser apprivoiser par des films mutants, des films en mutation.
Les Zoofilms se sont rassemblés en une basse-cour des miracles. Coincés entre grandeur et décadence, plus proches du mi-homme mi-animal que du Human vs Animal, ils nous dévoilent pudiquement une anatomie hybride, imparfaite, échappant aux bestiaires de tout poil. Ils sont le résultat de croisements. Des films d’horreur qui n’en sont plus tout à fait, des documentaires qui n’en sont plus du tout, des comédies devenues pornographiques, quand elles ne font simplement plus rire pour les bonnes raisons. Des films anciens et toujours modernes. Des films modernes mais qui semblent sortis d’un autre temps. Des films hors du temps et des films oubliés par le temps. De grandes réussites et de gros ratages.
Ils sont mal dégrossis, mal peignés. Ils sont sales et magnifiques, savants autant que bêtes. Les Zoofilms viennent faire leur cirque.

Extrême Cinéma

Avertissement : il est strictement interdit de leur jeter des cacahuètes, ou de leur donner quelque nourriture que ce soit. La direction déclinera toute responsabilité en cas de morsure.

Afficher la grille du programme…

Ouverture | Ciné-concert | Satan par Va Rog Domnule

Satan (The Penalty) | Wallace Worsley

accompagné par Va Rog Domnule

Domnule | violoncelle
aleX | basse
Roco Morte | ferraille

mardi 13 novembre à 21h

Détail de la séance…

 
 

Clôture | Nuit en Zoorama

Des longs métrages, des courts, des bandes-annonces. Du café et des croissants au petit matin. Et ça commence à 22h. Tapantes, les 22h.

(interdit aux moins de 18 ans)

· · · · · ·

Lifeforce, l’étoile du mal (Lifeforce) | Tobe Hooper

Merde | Frédéric Grousset

Kangootomik | Frédéric Grousset

Climax | Frédéric Grousset

films présentés par Frédéric Grousset et Marija Nielsen

 
 
 

· · · · · ·

Bad Taste | Peter Jackson

Les Rats de Manhattan (Rats / Notte di terrore) | Bruno Mattei

La Vallée du nu (Elysia, Valley of the Nude) | Bryan Foy

· · · · · ·

Ciné-concert

Le Mystère du poisson volant (The Mystery of the Leaping Fish) | Christy Cabanne, John Emerson

Devoirs de vacances | Réalisateur inconnu

La Bonne Pipe | Réalisateur inconnu

accompagnés par Goat River

samedi 17 novembre à 22h

Détail de la séance…