Menu_fleche_noir

Autres rendez-vous

Tango à la Cinémathèque

Le festival Cinélatino organisé par l’ARCALT n’est plus à présenter, son succès parle pour lui. Pour la Cinémathèque, qui l’accompagne quasiment depuis ses origines et l’accueille dans ses murs, rue du Taur, depuis 1997, c’est aussi l’occasion d’approfondir ses relations avec les archives sud-américaines et de présenter aux festivaliers le patrimoine cinématographique d’un ailleurs si loin si proche. Cette année, ce sera tango avec un film rare des années 1930 restauré par l’INCAA, dans le cadre du programme de restauration du patrimoine culturel de INCAATV : Tango Bar avec Carlos Gardel et Rosita Moreno.

Tango Bar
John Reinhardt
1935. États-Unis. 62 min. Noir & blanc. Numérique DCP.
VO. Sous-titrage informatique en français.
Avec Carlos Gardel, Rosita Moreno, Enrique de Rosas, Tito Lusiardo
Ricardo, jeune chanteur sympathique, s’embarque pour Barcelone dans le but d’y monter un bar et y retrouver sa fortune. Mais voilà que pendant la traversée, il fait la connaissance d’une charmante jeune fille acoquinée à un escroc. Le début de l’amour et des ennuis… Une comédie dramatique, et bien sûr musicale, sortie après la mort de Gardel.

dimanche 23 mars à 15h40
samedi 29 mars à 18h40

Fort de ses vingt ans d’expérience en Argentine, Turner Internacional Argentina, filière du groupe Time Warner productrice et distributrice de contenus audiovisuels, du divertissement aux informations, pour toute l’Amérique latine, collabore à la préservation du patrimoine cinématographique argentin avec un don à l’INCAA (Instituto Nacional de Cine y Artes Audiovisuales) d’une collection de 396 films 35 et 16 mm, droits d’exploitation compris (INCAA TV). Pour cela la compagnie a effectué un important travail d’inventaire et le nettoyage de près de 4 000 bobines qui constituent ce fonds. Une collection d’une grande variété de films réalisés par de grands cinéastes de toutes les époques, comme ce Tango Bar présenté par la Cinémathèque de Toulouse en collaboration avec le festival de cinéma latino-américain Cinélatino.
De cette collection «Turner Internacional Argentina» INCAA a procédé à une première série de restaurations, sauvant ainsi 18 films du patrimoine cinématographique argentin qui risquaient de complètement disparaître. Un ensemble de films produits entre 1936 et 1964 qui fut montré pour la première fois en 2012 au Festival de Mar del Plata.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Hommage à la Cinémathèque Robert-Lynen

La Cinémathèque Robert-Lynen est l’une des plus anciennes cinémathèques du monde : elle est née en 1925 (sous le nom de Cinémathèque de la Ville de Paris) grâce à la volonté d’une poignée d’hommes au sein de la municipalité parisienne. Sa mission d’origine est de mettre un ensemble de films et de photographies à la disposition des enseignants parisiens en tant que supports pédagogiques mais aussi en tant qu’objets de culture.

Dans les années 1950, la Cinémathèque Robert-Lynen ouvre une salle dans le 17e arrondissement où les instituteurs sont invités à devenir cinéphiles en côtoyant les réalisateurs de l’époque, qui y présentent leurs films et discutent avec le public.

Parmi les trésors qu’elle a su produire, accueillir et protéger, les magnifiques photographies autochromes de Gervais-Courtellement, des centaines de documentaires des années 1920, les chefs-d’œuvre de l’animation polonaise et canadienne ainsi que des films expérimentaux.

Actuellement la Cinémathèque développe une importante activité auprès du jeune public : prêt de matériel et de films de son fonds pour l’organisation de séances en 16 mm dans les écoles maternelles et élémentaires, formation des enseignants à la projection, sorties cinéma pour les centres de loisirs et ateliers cinéma en temps scolaire.

À un moment où l’avenir de la Cinémathèque Robert-Lynen est menacé, la Cinémathèque de Toulouse rappelle, grâce à cette carte blanche, la richesse des collections de cette archive unique et l’importance de ses actions en direction des jeunes publics.

Paris Port | André Sauvage
1928. France. 6 min. 35 mm. Muet.

Les Halles centrales | André Galitzine, Boris Kaufmann
1929. France. 7 min. 16 mm. Muet.

La Seine a rencontré Paris | Joris Ivens
1957. France. 31 min. 16 mm.

Terminus for you | Nicolas Rey.
1995. France. 9 min. 16 mm.

Nocturne party | Albert Pierru
1960. France. 5 min. 16 mm.

séance en présence d’Emmanuelle Devos, responsable de la Cinémathèque Robert-Lynen

vendredi 17 janvier à 19h

Les Harkis : histoire, mémoire et transmission

À l’occasion de l’exposition « Génération : un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France » présentée au Réfectoire des Jacobins du 11 octobre au 15 décembre 2013, la Cinémathèque de Toulouse invite le réalisateur Rabah Zanoun à présenter son documentaire Le Choix de mon père et à débattre sur le thème des Harkis.

Le Choix de mon père | Rabah Zanoun
2008. France. 52 min. Vidéo.
Le 13 juillet 1959, un sympathisant du FLN refuse d’assassiner un membre du MNA (Mouvement National Algérien). Par peur de représailles et se sachant condamné à mort par le FLN, cet homme trouve protection auprès des autorités françaises et s’engage officiellement comme harki. Ce n’est pas le début d’une fiction, mais l’histoire du père de Rabah Zanoun. Réalisateur de ce documentaire, il a pris conscience du drame inavoué que son père a vécu. Déraciné, humilié, bafoué, celui-ci n’avait jamais parlé. Ensemble, ils décident de partir en quête du passé, sur les routes de Lorraine et de Kabylie, pour comprendre son histoire et enfin donner la parole à un harki. Loin des films d’enquête ou d’investigation historique, ce documentaire se veut une lecture intime du destin d’un homme…

précédé de

La Harka | Alain De Brock, José Jornet
1986. France. 28 min. Couleurs. 35 mm.
Avec Mousni, Marie-Hélène Viau, Pascale Cambon, Omar Bedgin, Mouloud Zeffiri, Philippe Noiret
Ahmed a vingt ans, il est français musulman comme on dit, fils de harki. Pas facile pour un Français bronzé de trouver du travail et l’amour. Ahmed s’accroche, l’humour en plus, mais dans les cités banlieues-béton, la tragédie n’est pas loin… La harka en arabe, ça veut dire « insurrection ».

en présence de Rabah Zanoun et Abderahmen Moumen

en partenariat avec l’association Génériques

mercredi 11 décembre à 21h

Créée en 1987, l’association Génériques a pour objectif de préserver, sauvegarder et valoriser l’histoire de l’immigration en France et en Europe. Organisme de recherche et de création culturelle sur l’histoire et la mémoire de l’immigration en France aux XIXe et XXe siècles, elle met en œuvre des activités scientifiques et culturelles, comme l’exposition « Générations : un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France ».

Entre 2008 et 2012, la Cinémathèque de Toulouse a mené un projet d’envergure visant à recenser et indexer les différentes représentations des immigrés et de l’immigration telles qu’elles apparaissent dans sa collection film. Cet important travail de recherche a donné lieu à diverses programmations ainsi qu’à la publication d’Étrangers d’ici paru en octobre 2012 aux Éditions Privat.

Carte blanche à Laurent Valo

Afin de rendre le patrimoine cinématographique accessible à tous les publics, la Cinémathèque de Toulouse organise régulièrement des manifestations en direction des sourds et malentendants. Après avoir accueilli Emmanuelle Laborit en octobre 2012, la Cinémathèque de Toulouse invite l’acteur Laurent Valo à présenter quatre films et à échanger avec le public, en collaboration avec l’association ACT’S et avec le soutien de la Fondation Orange.

 
 
 
 

Le Cri
Emmanuel Robert-Espalieu
2002. France. 8 min. Couleurs. 35 mm.
Avec Bernard Campan, Jean-Yves Augros, Laurent Valo
Évocation poétique de la guerre 14-18 à travers la rencontre de deux soldats ennemis.

 

Sang froid
Pierre-Louis Levacher
2002. France. 6 min. Couleurs. 35 mm.
Avec Léon Napias, Emmanuelle Laborit, Laurent Valo, Levent Beskardes, Bachir Saïfi, Olivier Schetrit, Guy Bouchauveau
Que faire quand, une nuit d’hiver en pleine montagne, on est poursuivi par une horde d’épouvantables vampires assoiffés de sang ? Se réfugier dans une chapelle ?

 
 
 

Valmont II
Rolf Kasteleiner
2005. Noir & blanc. 22 min. Vidéo. Muet en langue des signes.
Avec Laurent Valo, Florence Viala, Nitsa Benchetrit, Laetitia Benasouli, Thomas Hardy
Le film Valmont II tourne exclusivement autour du personnage de Valmont de Choderlos de Laclos et de Heiner Müller. Une nuit, dans l’hôtel de Merteuil, Valmont, invité à une fête de tango, quitte Tourvel pour retrouver sa liberté. La forme du film muet avec ses cartons correspondant à la forme du roman épistolaire, le texte apparaît comme des pensées. Avec la langue des signes comme langue corporelle, le langage dense gagne un mouvement intérieur.

séance présentée par Laurent Valo et suivie d’une discussion

vendredi 11 octobre à 19h

The Hammer
Oren Kaplan
2011. États-Unis. 108 min. Couleurs. Vidéo.
Version originale sous-titrée sourds et malentendants
en partenariat avec Retour d’image.
Avec Russel Harvard, Raymond J. Barry, Shoshannah Stern
L’enfance et la jeunesse du futur champion américain junior de lutte gréco-romaine. Élevé parmi les entendants, confié aux meilleurs entraîneurs, il découvre la culture sourde sur les campus. D’après l’histoire vraie du champion de haut niveau Matt Hamill.

présenté par Laurent Valo

vendredi 11 octobre à 21h