Menu_fleche_noir

Autres rendez-vous

Les 70 ans de la Série Noire

Deux romans de Donald Westlake, sous le pseudonyme de Richard Stark, avec Parker comme personnage principal. Comme une fleur et En coupe réglée. Deux romans des années 1960 et deux adaptations cinématographiques tournées dans ces mêmes sixties. Le Point de non-retour pour le premier et Mise à sac pour le second. Deux romans du même auteur, avec au départ le même personnage, mais à l’arrivée deux approches cinématographiques différentes.

En partenariat avec Polars sur Garonne

« Depuis sa fondation en 1945 et à travers son histoire, la Série Noire a toujours mis l’accent sur le roman noir. Les collections policières existaient déjà en France, notamment au Masque avec les livres d’Agatha Christie mais la Série Noire a été la première à mettre l’accent sur cette littérature apparue aux États-Unis pendant les années 1930, à travers des figures mythiques comme Thompson, Chandler, Hammett ou Goodis… La force de la Série Noire est d’avoir su présenter à ses lecteurs, toute la diversité du polar que ce soit le roman noir bien sûr, mais aussi les romans policiers, les romans historiques, les thrillers. La volonté est que la Série Noire restitue comme une photographie à l’instant T du monde policier. » (Aurélien Masson, directeur de la Série Noire de Gallimard)

Le Point de non-retour (Point Blank)
John Boorman
1967. États-Unis. 92 min. Couleurs. 35 mm. VOSTF.
Avec Lee Marvin, Angie Dickinson, Keenan Wynn, Michael Strong

Attention chef-d’œuvre. Film culte. C’était pour en finir avec le polar classique. C’est pourtant l’histoire d’un revenant. Moderne = classique, non ? Donc un film noir en couleurs, histoire de trahison, vengeance, le retour d’un laissé pour mort. Montage électrochoc, Boorman réveillait un mourant, le film noir. Sa mécanique ne s’enraye jamais, ni le barillet ne tourne à vide. Une manière de bouger. Et Lee Marvin avance tout le long avec l’assurance de ceux qui reviennent de la mort. Il s’appelle Walker.

Séance présentée par Éric Libiot

> Jeudi 22 octobre à 21h

Mise à sac
Alain Cavalier
1967. France / Italie. 91 min. Couleurs.
35 mm.
Avec Michel Constantin, Daniel Ivernel, Franco Interlenghi, Paul Le Person, Irène Tunc
Adapté par Alain Cavalier et Claude Sautet, éclairé par Pierre Lhomme, avec Michel Constantin qui porte sur sa gueule l’image du dur old school du polar français. N’en jetez plus. Un film de casse mené minutieusement comme Jacques Becker avait creusé son Trou. Un petit régal. Edgar, un cambrioleur du dimanche, monte un coup improbable avec des professionnels de la profession. Le casse du siècle. Leur plan : s’emparer littéralement d’une petite ville pour la piller. Une véritable opération militaire digne d’un putsch. Un hold-up qui pourrait être révolutionnaire. Mais d’autres motivations animent Edgar, ni politiques ni pécuniaires, et elles pourraient mettre en péril l’entreprise…

Séance présentée par Éric Libiot

> Dimanche 25 octobre à 16h

À partir du 24 octobre, Polars sur Garonne propose, en partenariat avec la Cinémathèque de Toulouse, la Médiathèque José Cabanis et le cinéma Utopia, une quinzaine pleins feux sur la Série Noire à l’occasion de son 70e anniversaire. Au programme : films, table ronde, conférence, concert littéraire, exposition photographique… Renseignements sur www.polarsurgaronne.fr

Soirée accessible aux sourds et malentendants

Afin de rendre accessible le patrimoine cinématographique à tous les publics, la Cinémathèque de Toulouse organise régulièrement des projections à destination des spectateurs sourds et malentendants. En collaboration avec Act’s, la Cinémathèque invite cette année Julien Bourges, jeune cinéaste toulousain, à venir présenter son film La Rue et à échanger avec le public.
La rencontre sera suivie de la projection de Deaf Jam, documentaire américain de Judy Lieff.

Diplômé de génie civil en énergétique de l’habitat, Julien Bourges a la passion du cinéma. En 2007, il crée une web-série amateur, « Terreur à Toulouse », contenant 13 épisodes, pour le public sourd et malentendant. En 2008, il réalise les courts métrages La Mer, Chasseur, Rencontre inattendue, Léo et La Rue, présentés dans différents festivals. Il fonde une association, Production Bourges, pour développer des projets autour de la langue des signes. En 2013, il produit un documentaire, Jef’S, permettant de découvrir la personnalité du comédien Jean-François Piquet, alias Jef’S, et le processus de création de son spectacle Sourd, et alors ?, ainsi qu’un long métrage, La Vérité, aujourd’hui en cours de post-production.

La Rue
Julien Bourges | 2011. France. 17 min. Couleurs. Numérique dcp. Avec Damien Despères, Carine Meyssignac, Claude Gaubert
Drame social inspiré d’un fait réel, La Rue évoque l’histoire d’un jeune homme en situation de rupture familiale. Grand Prix du Meilleur film et Prix de la Meilleure réalisation de la compétition spéciale « La création filmée des Sourds » au 38e Festival international du film indépendant de Bruxelles (2011).

Deaf Jam
Judy Lieff | 2011. États-Unis. 70 min. Couleurs. Numérique dcp. VOSTF. Avec Aneta Brodski, Tahani Salah

À New York, Aneta Brodski, slameuse sourde et immigrée israélienne, rencontre Tahani Salah, poète slameuse entendante et palestinienne. Les deux jeunes femmes se lancent dans une performance en duo, une poésie slam s’adressant à la fois au public sourd et entendant.
Premier long métrage de Judy Lieff, danseuse et enseignante américaine.

Séance présentée par Julien Bourges

En partenariat avec Act’s et avec le soutien de MMA

> Jeudi 15 octobre à 21h

Festival Ciné Drive-In

Les 10, 11 et 12 septembre 2015, LABÈGE 2 présente, en partenariat avec la Cinémathèque de Toulouse, la 2e édition du festival Ciné Drive-In. Durant trois soirs, venez partager entre amis ou en famille une expérience cinématographique unique : le drive-in à l’américaine, icône du cinéma en plein air, sera transposé sur le parking du centre commercial Labège 2. L’occasion de découvrir ou redécouvrir, confortablement installés dans les sièges de votre voiture ou lovés dans un transat, trois comédies musicales qui ont marqué l’histoire du cinéma : Les Demoiselles de Rochefort jeudi 10 septembre, Mary Poppins vendredi 11 septembre et Grease samedi 12 septembre.

Tarif voiture 5 € | Tarif transat 2 €

Informations et inscriptions sur www.labege2.com

Centre Commercial LABÈGE 2
700 La Pyrénéenne
31670 Labège

Les Demoiselles de Rochefort
Jacques Demy
1967. France. 120 min. Couleurs. Numérique DCP.
Avec Catherine Deneuve, Françoise Dorléac, George Chakiris, Grover Dale, Gene Kelly, Danielle Darrieux
La comédie musicale française la plus célèbre. Enchantant, en dansant, « pour la première fois, j’ai fait de la poésie – avec comme celle d’autrefois, des rimes et des alexandrins – et j’ai rendu hommage à des poètes que j’aime : Louis Aragon, Raymond Queneau, Jacques Prévert… Enfin ce qui m’a passionné, c’est de rechercher en les mêlant, des rapports entre le cinéma, la musique, la peinture, la littérature et la chorégraphie. » (Jacques Demy)
Delphine et Solange, les deux sœurs jumelles, en espérant l’amour préparent un numéro chanté et dansé…
Dès 7 ans

> Jeudi 10 septembre à 21h | Labège 2 (parking)

Mary Poppins
Robert Stevenson
1965. États-Unis. 139 min. Couleurs. Numérique DCP. VF.
Avec Julie Andrews, Dick Van Dyke, Karen Dotrice
La comédie musicale aux cinq Oscars de chez Walt Disney. Supercalifragilisticexpialidocious ! Les Banks sont ennuyés. Leur gouvernante vient de claquer la porte. Il faut dire que leurs enfants sont de vrais garnements. Vite, il en faut une nouvelle. Une petite annonce est lancée. Y répond une jeune fille descendue de son nuage. Elle s’appelle Mary Poppins et va entraîner les enfants dans un monde de magie et de merveilles…
Dès 5 ans

> Vendredi 11 septembre à 21h | Labège 2 (parking)

Grease
Randal Kleiser
1978. États-Unis. 110 min. Couleurs. Numérique DCP. VOSTF.
Avec John Travolta, Olivia Newton-
John, Frankie Avalon
C’est la fin de l’été. La cloche a sonné. Les vacances sont finies. Finies les amours d’été. Sandy doit rentrer en Australie et Danny regagner les bancs du lycée et les rangs de sa bande. Mais Sandy finalement est restée et rentre au même lycée que Danny… Les chansons inoubliables, la permanente d’Olivia Newton-John et le déhanché de Travolta. Ah Summer Nights… Tell me more, tell me more.
Dès 10 ans

> Samedi 12 septembre à 21h | Labège 2 (parking)

Le génocide des Arméniens

un siècle plus tard… connaître et reconnaître

L’année 2015 représente une étape très importante pour le peuple arménien dans sa lutte pour la reconnaissance du premier génocide du XXe siècle perpétré par le gouvernement jeune-turc entre 1915 et 1923. Plus d’un million et demi d’Arméniens furent ainsi massacrés dès la fin du XIXe siècle avec la date symbolique du 24 avril 1915 où plus de 300 intellectuels et dignitaires arméniens furent arrêtés dans les principales villes de Turquie pour être exécutés.
En cette année du Centenaire de cette funeste période, les Arméniens partout dans le monde se mobilisent pour organiser des manifestations pour sensibiliser nos concitoyens sur ce crime contre l’humanité resté, à ce jour, impuni et qui a depuis, malheureusement, été reproduit envers d’autres peuples.
L’Amicale des Arméniens de Toulouse Midi-Pyrénées, qui célèbre ses 50 ans d’existence cette année, propose à travers cette soirée, avec le soutien de ses partenaires, la Cinémathèque de Toulouse, le cinéma ABC et l’association ARAM, une série de courts et longs métrages, d’animation ou documentaire, qui permettront d’avoir les clés de lecture pour une bonne compréhension des problématiques et des enjeux sous-jacents. La soirée sera clôturée par la projection, en avant-première nationale, du dernier film de Robert Guédiguian sur le sujet, Une histoire de fou.

100 Years Armenian Genocide / Centenaire du génocide des Arméniens
Pablo Gostanian
2015. Argentine. 3 min. Numérique dcp.
Un film d’animation réalisé par le directeur de l’agence de design 2veinte (Buenos Aires) pour rendre hommage aux victimes du génocide des Arméniens et en revendiquer la reconnaissance.

Chienne d’histoire
Serge Avédikian
2008. France. 14 min. Couleurs. Numérique dcp.
Constantinople 1910. Les rues de la ville sont envahies de chiens errants. Le gouvernement en place depuis peu, influencé par un modèle de société occidentale, fait appel à des experts européens pour choisir une méthode d’éradication, avant de décider, brutalement et seul, de déporter massivement les chiens sur une île déserte, au large de la ville. Ce film d’animation a reçu la Palme d’or du court métrage au Festival de Cannes 2010.

Les Chemins arides
Arnaud Khayadjanian
2015. France. 60 min. Couleurs. Numérique DCP.
Les Chemins arides, c’est l’histoire d’un voyage à travers l’Anatolie Orientale. Arnaud Khayadjanian entame un périple en Turquie, sur la terre de ses ancêtres, rescapés du génocide arménien. À partir d’un tableau, de ses rencontres et de témoignages familiaux, il nous fait découvrir les lieux qu’ont parcourus les Arméniens lors de leur déportation en 1915 et explore la situation méconnue des Justes, ces anonymes qui ont sauvé des vies.

Séance suivie d’une discussion avec Serge Avédikian, Arnaud Khayadjanian et Robert Guédiguian

> Samedi 26 septembre à 18h

Une histoire de fou
Robert Guédiguian
2015. France. 134 min. Couleurs. Numérique DCP.
Avec Simon Abkarian, Ariane Ascaride, Grégoire Leprince-Ringuet, Syrus Shahidi
Dans les années 1980, Aram, jeune Marseillais d’origine arménienne, fait sauter à Paris la voiture de l’ambassadeur de Turquie. Un jeune cycliste qui passait par là est gravement blessé : Gilles Tessier. Aram en fuite rejoint l’armée de libération de l’Arménie à Beyrouth, foyer de la révolution internationale dans ces années-là. Gilles cherche à comprendre lorsqu’Anouch, la mère d’Aram, fait irruption dans sa chambre d’hôpital pour demander pardon. Elle lui avoue que c’est son fils qui a posé la bombe. Aram entre en dissidence avec ses camarades à Beyrouth jusqu’au jour où il décide de rencontrer sa victime pour en faire son porte-parole…

Séance présentée par Robert Guédiguian

> Samedi 26 septembre à 21h | Cinéma ABC

Exposition
« Le génocide des Arméniens »
L’exposition « Le génocide des Arméniens », réalisée par l’association ARAM (Atelier pour la Recherche et l’Archivage de la Mémoire Arménienne) basée à Marseille, présente l’histoire du génocide des Arméniens de 1894 à 1923 et décrit les différentes étapes et phases de sa mise en œuvre par les responsables du gouvernement jeunes-turcs. Il décrit aussi l’exode et l’immigration notamment en France, à partir des années 1920, avec les sans-papiers de l’époque et le témoignage de personnalités telles que Henri Verneuil… L’exposition est élaborée autour d’un parcours historique avec des reproductions de documents originaux et de photographies légendées, issus du fonds documentaire de l’association.
Les documents présentés dans la cour de la Cinémathèque sont des extraits de l’exposition proposée par le Conseil Départemental de la Haute-Garonne sur les grilles de son enceinte (boulevard de la Marquette, Toulouse).

> 22 – 28 septembre 2015 | Cour de la Cinémathèque

Journées européennes du patrimoine

La 32e édition des Journées européennes du patrimoine, organisées par le ministère de la Culture et de la Communication, se déroulera les 19 et 20 septembre avec pour thème cette année : « Le patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir ».

À cette occasion, la Cinémathèque de Toulouse propose une visite de son Centre de conservation et de recherche, samedi 19 septembre, et une visite de sa bibliothèque du cinéma ainsi qu’une séance « La pellicule existe encore ! », dimanche 20 septembre.

Visite du Centre de conservation et de recherche de la Cinémathèque de Toulouse

Cette archive, inaugurée en 2004, réunit les collections film (45 160 copies inventoriées en 2014) et non-film (78 500 affiches inventoriées en 2014, plus de 550 000 photographies, des pressbooks, des documents originaux sur l’histoire du cinéma…) de la Cinémathèque de Toulouse.
Une dizaine de professionnels y travaille, utilisant des équipements de conservation et de préservation du patrimoine spécialisés.

Durée de la visite : environ 1h | 15 personnes maximum par visite | Gratuit
Renseignements : 05 62 71 92 92
Sur inscription à conservation@lacinemathequedetoulouse.com
Date limite d’inscription : vendredi 18 septembre à 12h

Lieu et accès :
1 avenue Saint-Martin de Boville – Balma
Sortie Rocade 17, « Lasbordes »
Métro Balma Gramont (ligne A)
Bus 77 ou 83, arrêt Aérodrome

> Samedi 19 septembre | à 10h / 11h / 12h / 14h / 15h / 16h

Visite de la bibliothèque de la Cinémathèque de Toulouse

La bibliothèque de la Cinémathèque de Toulouse propose une visite guidée et une découverte de ses collections. Au programme : une sélection de documents rares et précieux conservés à la bibliothèque et la présentation du chœur et de la fresque.

Durée de la visite : environ 45 min. | 15 personnes maximum | Gratuit

Pour la visite de la bibliothèque et pour la séance « La pellicule existe encore ! » :
Renseignements : 05 62 30 30 10
Sur inscription à accueil@lacinemathequedetoulouse.com
Date limite d’inscription : samedi 19 septembre à 17h

Lieu et accès :
69 rue Taur – Toulouse
Métro Capitole (ligne A) ou Jeanne d’Arc (ligne B)
Parkings Capitole, Jeanne d’Arc, Victor Hugo, Arnaud Bernard

> Dimanche 20 septembre à 15h

« La pellicule existe encore ! »

Qu’est ce qui se cache derrière les écrans des salles de cinéma ? Comment sont collectés les films ? Quels sont les dangers auxquels les chefs-d’œuvre du cinéma doivent faire face ?

Nous vous invitons à une rencontre avec un technicien film du Centre de conservation et de recherche de la Cinémathèque de Toulouse. Vous découvrirez les techniques de préservation des films et tous les dangers qui guettent la pellicule. Vous approcherez les bobines au plus près afin de vous pencher sur un matériau fragile et en constante évolution.
Une séance un peu particulière pour sentir sous ses doigts ce qu’on a l’habitude de toucher des yeux.

Durée : environ 1h | 39 personnes maximum | Gratuit

> Dimanche 20 septembre à 16h (salle 2)