White
Ct_accueil_menu-bouton_accueil_02

Histoire du cinéma en région | Introduction

Ctnum_bouton_recherche

Les documents audiovisuels traitant de l'histoire de la région Midi Pyrénées forment un ensemble protéiforme que nous souhaitons désormais rendre accessible au public. La numérisation des films, des affiches et des photos se poursuivra dans les années à venir grâce à l'enrichissement des fonds par dons ou dépôts de cinéastes professionnels et amateurs. Pour l'essentiel, il s'agit à l'heure actuelle de films tournés en région à l'époque du Muet.

Universitaire, chercheuse au LERASS (Laboratoire de recherches de l'Université Paul Sabatier, Toulouse III), Claudette Peyrusse travaille sur le cinéma des suds en France, la littérature de la région toulousaine et leurs contextes. Elle présente ici les particularités de ce cinéma.

Sans être un peuple de marins

Le Midi toulousain qui mordait naguère sur l’Aquitaine, le Languedoc et le Roussillon s’est modérément investi dans la production cinématographique par prudence terrienne. Pourtant, avec Carmaux, les Pyrénées et Lourdes, il est des premières images Lumière. Le cinéma prend le train qui achemine curistes et pèlerins puis l’automobile qui diversifie les parcours touristiques. Avant 1914, Gaumont, Pathé, Éclair ont tourné presque partout, de Cauterets, Gavarnie ou Luchon au Quercy et à l’Aveyron, de ces films qu’on repassera dans les écoles. Des opérateurs liés aux salles filment des actualités. Les bandes de fiction s’allongent, puisant leurs sujets dans le roman régional des Pyrénées, du Lot, de Toulouse. Histoire et imaginaire confondus voici Bernadette et ses miracles, le Vert galant, les mousquetaires gascons.

Visuels : La Garonne, photogramme,1920. Droits réservés La Cinémathèque de Toulouse.


On se bat ici pour faire du cinéma dès les années 20. Les actualités de l’ Express du Midi (1924-1925) se veulent outil de promotion moderne ; au nom de la modernité de la province, deux auteurs passionnés de rugby écrivent un feuilleton La Grande passion aussitôt adapté au cinéma (1928). À plusieurs reprises (fin des années 50, après 68, aujourd’hui encore) des films naissent des revendications de cinéastes et cinéphiles, de Toulouse et de Paris, parfois soutenus par les pouvoirs.

Ces œuvres n’ont pas seulement vocation régionale. De même, sans être nés d’un peuple de marins, des Toulousains ont abordé en Terre de Feu, en Chine. De tous ces lieux sont nées les images du cinéma régional et national.

Claudette Peyrusse