Du programme à l'affiche : retour sur 50 ans de programmation

Programmer. Montrer. Depuis plus de 50 ans, la Cinémathèque de Toulouse n’a cessé de développer ce qui constitue l’une de ses deux principales missions : la diffusion du patrimoine cinématographique. Alors que les premières saisons étaient constituées d’à peine une vingtaine de projections annuelles, la dernière – celle de 2013 – en a proposé au public plus de mille. Le chemin parcouru est donc significatif, à la fois dans sa variété et sa structure.

À l’occasion de son cinquantenaire, qui se clôturera par l’exposition « Du cinéma autrement. 50 ans de cinémathèque à Toulouse » (Médiathèque José Cabanis, 20 novembre – 15 mars 2014), la Cinémathèque de Toulouse propose – au travers d’affiches et de programmes qu’elle réalisa pour la promotion de ses séances – un panorama de ce qui a rythmé son activité de programmation de ses débuts jusqu’à aujourd’hui.

Date primitive : le 12 décembre 1958, avec la toute première projection « surprise » ouvrant la programmation de la saison du Ciné-club de Toulouse au 3 rue Roquelaine. Au programme : Stroheim, Chaplin, Keaton, Rossellini. Année officielle de la fondation : 1964. Cette structure bénévole prend alors le nom de Cinémathèque de Toulouse et ouvre sa saison avec une thématique : le cinéma américain. Au fil des ans et au gré des enrichissements, la programmation s’élargit considérablement autour de thématiques essentielles qui forgent l’identité de la Cinémathèque : le cinéma soviétique des années 1920, l’expressionnisme allemand, le cinéma populaire français… Autour aussi de manifestations clés : les rencontres du patrimoine cinématographique dans les années 1980, Champs… contre champs, le festival CinéMémoire, les rencontres de Muret dans les années 1990.

Des programmes ronéotypés d’une seule page aux feuillets reliés et polychromes d’aujourd’hui, de la première affiche-texte de 1971 aux dernières mises à jour des promenades numériques proposées sur le site internet, tous ces documents racontent le chemin parcouru par la Cinémathèque de Toulouse depuis 50 ans. Et rappellent ce que l’identité de celle-ci doit à ses choix de programmation.

Une exposition conçue à partir des collections de la Cinémathèque de Toulouse.

> 9 septembre-2 novembre 2014
Hall de la Cinémathèque
Du mardi au samedi 14h – 22h30
Dimanche 15h30 – 19h30

L’exposition virtuelle « du cinéma plein les yeux » est en ligne

« Du cinéma plein les yeux », un seul titre pour trois événements : un ouvrage, édité par la Cinémathèque de Toulouse et les Nouvelles Éditions Loubatières ; une exposition physique, qui s’est tenue à l’Espace EDF Bazacle du 1er février au 27 avril 2014 ; et une exposition virtuelle, qui vient tout juste d’être mise en ligne. Autant d’invitations à admirer un fonds conservé par la Cinémathèque de Toulouse et aujourd’hui unique en France : 184 affiches de façade peintes à la main, en un seul exemplaire, dans les années 1960 et 1970 par le peintre toulousain André Azaïs (1918-1989). Toutes conçues pour l’une des plus anciennes salles de cinéma du centre-ville, Le Royal, elles sont très colorées et de dimension exceptionnelle – 2 mètres de haut et 5 mètres de large en moyenne. C’est en 1977, lors de la fermeture définitive du Royal, que son directeur fait don de cet ensemble à Raymond Borde, fondateur en 1964 de la Cinémathèque de Toulouse.

Ephémères par définition, spectaculaires par nécessité, ces affiches sont le témoignage d’une pratique populaire du cinéma, tant du point de vue de son histoire que de celle de sa promotion. Elles sont bien entendu le reflet de ce que le public de l’hexagone pouvait alors voir dans les salles : films français et étrangers (Peau d’âne de Jacques Demy comme 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick), grandes stars internationales (Jean-Paul Belmondo, John Wayne, Paul Newman, Julie Andrews, Catherine Deneuve…), genres cinématographiques variés (films d’aventure, comédies, films policiers, westerns, films érotiques…). Elles sont aussi un hommage aux salles de cinéma et à cet art de la rue, désormais disparu.

L’exposition qui s’est tenue à l’Espace EDF Bazacle proposait une sélection de 24 affiches, dans une ambiance de rue avec ses pavés, réverbères, recoins, kiosques et impasses. L’exposition en ligne, accessible depuis le site internet de la Cinémathèque de Toulouse, permet maintenant à un large public d’admirer l’intégralité du fonds, de comprendre le travail d’André Azaïs et de renouer avec cette dimension populaire du cinéma à laquelle la Cinémathèque de Toulouse reste attachée.

lacinemathequedetoulouse.com page Collections numérisées

Mise à disposition d’expositions

Sur demande (au minimum 4 mois à l’avance). Convention avec le demandeur, tarification.


Toutes les demandes (consultation, reproduction, mise à disposition) doivent être adressées par écrit, de préférence par :
Mail : conservation@lacinematheque
detoulouse.com

Fax : 05 62 71 92 90

Les demandes par téléphone ne peuvent être prises en compte.