Les Misérables de Henri Fescourt (1925)

4 novembre 2014 – 4 janvier 2015
Hall de la Cinémathèque

La sortie en décembre 1925 de l’œuvre monumentale de Henri Fescourt, Les Misérables, fut un événement. Qualifié alors de « chef d’œuvre de la cinématographie mondiale » (Pathé Journal, 11 décembre 1925), ce film reçut un accueil quasi unanime, à l’image de ce que Jean Gallois écrivait dans Le Matin du 25 décembre 1925 : « En de vastes tableaux composés avec une large compréhension de l’œuvre inspiratrice, Henri Fescourt a condensé toute la poignante beauté et toute la grandeur du gigantesque poème… Pas à pas, il suit la trame symbolique tissée par le poète et la reconstitue en une ligne sobre et vigoureuse, d’une pureté absolument classique ».
Après les films d’aventures qu’il réalisa au début des années 1920 (Mathias Sandorf ou Rouletabille chez les bohémiens par exemple), Henri Fescourt signe avec ses Misérables une somptueuse adaptation, en quatre parties, du célèbre roman de Victor Hugo. Porté par des interprètes exceptionnels (Gabriel Gabrio, Sandra Milowanoff, Jean Toulout notamment), alternant scènes tournées dans des décors naturels saisissants et moments entièrement réalisés en studio, ce film resta, pour son auteur, comme son plus beau souvenir de cinéma. Il renaît aujourd’hui dans une version proche de celle présentée aux spectateurs en 1925, et grâce à la nouvelle restauration menée par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et la Cinémathèque de Toulouse, avec la collaboration de la Fondation Jérôme Seydoux – Pathé.
Cette exposition présente, à travers des documents promotionnels, des affiches, des photographies, et des photogrammes de la restauration, les principaux personnages ainsi que les lieux emblématiques de cette fresque cinématographique. L’occasion de retrouver notamment les mythiques Jean Valjean, Cosette, Fantine, Gavroche, de découvrir le surprenant réalisme des décors (la Provence, Montreuil-sur-mer, les barricades de Paris, le jardin du Luxembourg…), et de se préparer à l’événement que constituera la renaissance de ce film majeur du patrimoine français, le 13 décembre 2014 au Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées.

Une exposition conçue à partir des collections de la Cinémathèque de Toulouse, de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, de Lenny Borger, et avec la collaboration du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC).

> Du mardi au samedi 14h – 22h30 et Dimanche 15h30 – 19h30

Du programme à l'affiche : retour sur 50 ans de programmation

Programmer. Montrer. Depuis plus de 50 ans, la Cinémathèque de Toulouse n’a cessé de développer ce qui constitue l’une de ses deux principales missions : la diffusion du patrimoine cinématographique. Alors que les premières saisons étaient constituées d’à peine une vingtaine de projections annuelles, la dernière – celle de 2013 – en a proposé au public plus de mille. Le chemin parcouru est donc significatif, à la fois dans sa variété et sa structure.

À l’occasion de son cinquantenaire, qui se clôturera par l’exposition « Du cinéma autrement. 50 ans de cinémathèque à Toulouse » (Médiathèque José Cabanis, 20 novembre 2014 – 15 mars 2015), la Cinémathèque de Toulouse propose – au travers d’affiches et de programmes qu’elle réalisa pour la promotion de ses séances – un panorama de ce qui a rythmé son activité de programmation de ses débuts jusqu’à aujourd’hui.

Date primitive : le 12 décembre 1958, avec la toute première projection « surprise » ouvrant la programmation de la saison du Ciné-club de Toulouse au 3 rue Roquelaine. Au programme : Stroheim, Chaplin, Keaton, Rossellini. Année officielle de la fondation : 1964. Cette structure bénévole prend alors le nom de Cinémathèque de Toulouse et ouvre sa saison avec une thématique : le cinéma américain. Au fil des ans et au gré des enrichissements, la programmation s’élargit considérablement autour de thématiques essentielles qui forgent l’identité de la Cinémathèque : le cinéma soviétique des années 1920, l’expressionnisme allemand, le cinéma populaire français… Autour aussi de manifestations clés : les rencontres du patrimoine cinématographique dans les années 1980, Champs… contre champs, le festival CinéMémoire, les rencontres de Muret dans les années 1990.

Des programmes ronéotypés d’une seule page aux feuillets reliés et polychromes d’aujourd’hui, de la première affiche-texte de 1971 aux dernières mises à jour des promenades numériques proposées sur le site internet, tous ces documents racontent le chemin parcouru par la Cinémathèque de Toulouse depuis 50 ans. Et rappellent ce que l’identité de celle-ci doit à ses choix de programmation.

Une exposition conçue à partir des collections de la Cinémathèque de Toulouse.

> 9 septembre-2 novembre 2014
Hall de la Cinémathèque
Du mardi au samedi 14h – 22h30
Dimanche 15h30 – 19h30

Mise à disposition d’expositions

Sur demande (au minimum 4 mois à l’avance). Convention avec le demandeur, tarification.


Toutes les demandes (consultation, reproduction, mise à disposition) doivent être adressées par écrit, de préférence par :
Mail : conservation@lacinematheque
detoulouse.com

Fax : 05 62 71 92 90

Les demandes par téléphone ne peuvent être prises en compte.