Rubrique_evenements_festivals

Menu_fleche_noir

Extrême Cinéma

Festival Extrême Cinéma

5 > 9 novembre

Quand on lui a demandé ce qu’il voulait pour ses 15 ans, il nous a répondu : « RIEN. Rien de rien, je ne veux plus rien, je ne veux rien faire. Et puis j’en ai plein le fondement de vos thématiques absurdes. Marre d’être pris pour un hôpital ou un zoo, marre de jouer les freaks et les singes pour vous. Ça suffit maintenant. Je veux exister pour moi-même. Je suis Extrême Cinéma, bordel ! »
En savoir plus…
Voir la programmation…

 

· · · · · ·

Ouverture ǀ mardi 5 novembre à 21h

Ciné-concert | Le Manoir de la peur d’Alfred Machin
accompagné par Brame (José : guitare baryton, boucles, granulateurs, percussions – Serge : harmonica, voix, oscillateur, percussions)
Suivi d’un cocktail et d’un concert acoustique de Merci Tarzan
En savoir plus…

· · · · · ·

Les invités

Jeff Lieberman (La Nuit des vers géants, Le Rayon bleu, Survivance)
Agnès Merlet (Hideaways, Dorothy)
Gérard Kikoïne (Dr. Jekyll et Mr. Hyde, Parties fines)
Christophe Bier (Eurociné 33 Champs-Élysées)
Jean-Pierre Bouyxou (La Comtesse noire)

· · · · · ·

Les nouveautés 2013
Huit doubles programmes qui réunissent chacun deux longs métrages liés par une accroche : Western Feeling, Cinéphilis tristus, Gay Power, Le diable probablement, Dandies hollywoodiens, Serial Killers, Sex Pistols, Les innocents.

Compétition de courts métrages ǀ sélection proposée par Benjamin Leroy, programmateur au Paris International Fantastic Film Festival (Paris) et à Hallucinations Collectives (Lyon).
En partenariat avec Ciné-Mirail, un jury composé d’étudiants toulousains remettra, lors de la Nuit de clôture, le prix du meilleur court métrage Extrême.

Gudule & Galipette s’associe au festival et propose une exposition et des stands pour découvrir des ouvrages des Requins Marteaux et des œuvres d’artistes toulousains indépendants tels que 4CHA4, Krista Séné, Darkimey…

Nuit de clôture ǀ samedi 9 novembre à 22h
Dix heures de projection non-stop mouchetées de courts métrages, de bande-annonces et de tardives nuisances sonores. Avec à la clé, un petit déjeuner offert.
En savoir plus…

· · · · · ·

FMR à Extrême Cinéma

Sur place, on retrouvera les magazines du 12h-14h de semaine
mardi 5/11 « La Cinécure » et « Les Casse-têtes de l’info »
mercredi 6/11 « Le Magazine Littéraire » et « Mange ta quaquine »
jeudi 7/11 « L’Impromptu » et « Sinixta Soundz »
vendredi 8/11 « Les Nouveaux Chemins de la Bêtise » et « Alternatives Associées »

Mais aussi tous les magazines 5 à 7 de Radio FMR de 17h à 19h
mardi 5/11 « Tinkiet l’Émission »
mercredi 6/11 « L’Hallucinarium Éphémère »
jeudi 7/11 « Carte Blanche »
vendredi 8/11 « Le Tourette Show »

Le week-end une programmation tout aussi spéciale autour d’Extrême Cinéma

samedi 9/11 « Supplément Week-End » de 12h à 13h30 et « Encéphalogramme Plat » de 15h à 17h

Le samedi soir et durant la Nuit de clôture, le studio délocalisé de Radio FMR restera sur place afin de recueillir les réactions du public.

Catriona MacColl

L’actrice Catriona MacColl, égérie des films d’épouvante italiens avant de tourner avec Jacques Demy dans Trois places pour le 26 et Lady Oscar, nous fera l’honneur d’être présente le vendredi 3 décembre à 20h30 pour nous présenter deux grands classiques de Lucio Fulci dans lesquels elle tient la vedette, L’Au-delà et La Maison près du cimetière.

Plus d’informations…

 
 
 
 
 

Festival Extrême Cinéma | 2012

Une horde de films baroques, biscornus et bizarres. Une meute d’œuvres excentriques, extravagantes et énigmatiques. Coincée entre grandeur et décadence, Zoofilms, la nouvelle programmation d’Extrême Cinéma, déboule dans un déferlement de griffes, de dents, de poils et d’interrogations. Des classiques, des obscurités, des oubliés du 7e Art accouplés et boulonnés, quelque fois de force et souvent en douceur, assemblés en une cohorte invraisemblable où les hommes côtoient leurs plus fidèles amis les bêtes pour le meilleur et pour le pire, où l’humanité roucoule avec ses instincts les plus bestiaux pour probablement le pire. Loups-garous, cochons en mal d’amour, chiens plus humains que leur maîtres, canidés psychopathes, singes géants, canards guitaristes et chaînons manquants, anthropomorphisme et zoopsychiatrie, de quoi se sentir libre comme des bêtes ! À l’inverse d’un Lon Chaney contrit de douleur dans son harnais de cul de jatte. Dans l’indispensable The Penalty (1920), l’acteur déverse ce subtil mélange de cruauté et d’humanité, idéal pour un ciné-concert d’ouverture aux accents métalliques de verre brisé. Et sans transition aucune, le cinéaste belge Thierry Zéno, auteur du sulfureux Vase de noces (1974), nous dévoilera les dessous d’une histoire d’amour contre-nature aussi existentielle que frondeuse. Sédition toujours, grâce à la présence de Lucile Hadzihalilovic qui apportera avec La Bouche de Jean-Pierre (1995) et Innocence (2004), deux étranges et étouffantes visions de l’enfance, la respiration nécessaire dans ce flot d’animalité. Enfin, pour parachever les festivités, une nuit de clôture conçue à l’aide du procédé révolutionnaire du ZooRama, une technologie de pointe qui permettra la rencontre hybride entre extra-terrestres belliqueux, vampires de l’espace, invités de chair et de sang (la scénariste Marija Nielsen et le réalisateur Frédéric Grousset) et Goat River, groupe en charge d’un ciné-concert incongru en forme d’incitation à d’illicites plaisirs terrestres. Bizarre, vous avez dit bizarre… Tiens, comme c’est bizarre.

Extreme Cinéma

4 – 8 novembre

Quel pourrait être le point commun entre Les Frissons de l’angoisse, sublime thriller italien des années 1970, et Kissed, film à fleur de peau abordant le sujet tabou de la nécrophilie ? Ne cherchez pas, il n’y en a aucun. Proposer de l’insolite, découvrir et redécouvrir des objets atypiques, explorer les périphériques de l’acceptable, fouiller les recoins les plus sombres tout en laissant courts et longs métrages s’entrelacer, s’entremêler et pourquoi pas se repousser, tel est le credo du festival Extrême Cinéma.

Pour sa 16e année d’existence, la manifestation organisée par la Cinémathèque de Toulouse allie plus que jamais l’inconvenance à la hardiesse tout en évitant l’impolitesse.

Ici, la singularité de l’objet cinématographique prime avant tout, qu’il soit considéré comme un classique, qu’il appartienne à un genre, qu’il se monte en ciné-concert ou qu’il apparaisse à une heure tardive lors de ces fameuses nuits non-stop désormais célèbres.

Plus qu’une invitation, c’est une exhortation à une balade insensée où se croisent sabreurs manchots, tueurs gantés de cuir, rednecks violents et extra-terrestres belliqueux. Entrez, festoyez et surtout éprouvez 

Frank Henenlotter

Réalisateur américain, auteur des films cultes Basket Case (1981), Elmer, le remue-méninge (1987) et Frankenhooker (1989), sera présent durant toute la durée du festival. Le 2 décembre, il présentera en avant première son documentaire Herschell Gordon Lewis: The Godfather of Gore (2010) et son précédent film,* Sex Addict* (Bad Biology, 2008), inédit à Toulouse.

Plus d’informations…