Menu_fleche_noir

La production en Midi-Pyrénées

Le Rêve inachevé de Léonard de Vinci | Patrick Foch

2015. France. 52 min. Couleurs. Numérique DCP.
Production Le-Lokal Production. Coproduction France Télévision / Decimarosa / Master Films. Avec le soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), de la Région Midi-Pyrénées, de la Trentino Film commission et de Gindou Cinéma / Sacem.

C’est l’histoire d’un « scoop » vieux de 500 ans. Avant de disparaître, Leonard de Vinci entreprît, à la demande du jeune roi François Ier, la réalisation d’un ultime chef-d’œuvre. Il conçut et esquissa les contours d’un somptueux palais pour Romorantin, imaginant même faire de la modeste ville Solognote la nouvelle capitale de la France. Mais si le chantier démarra, le Palais ne fut jamais achevé. En menant l’enquête sur les traces de Léonard à Londres, Milan et Romorantin, en prenant ses informations auprès des plus grands spécialistes mondiaux (Carlo Pedretti, Martin Kemp, Pascal Brioist), Patrick Foch, le réalisateur, dirige la toute première reconstitution de l’immense complexe royal et tente de répondre aux questions que pose pareil projet.

> Jeudi 24 septembre à 19h

Farem tot petar | Mitya | Séisme

Farem tot petar
Sylvain Auge
2015. France. 27 min. Couleurs. Numérique DCP.
Production : Festivisuel.
Un jour qu’il promène sa grand-mère, un gamin de banlieue est malgré lui embarqué dans une camionnette de chantier vers un site de construction d’éco-quartiers, en pleine campagne, où il rencontre un agriculteur en colère et un peu marginal. Pendant ce temps, dans son quartier, sa mamie est restée sur un banc…
 
 

Mitya
Radostina Nikolova
2015. France. 21 min. Couleurs.
Numérique DCP.
Production : Parallaxe. Avec l’aide
de la Région Midi-Pyrénées
et de Gindou Cinéma.
Avec Laurent Collombert, Haris Resic, Rosemonde Cathala, Lune Boussel-Mania, Guillème Morvilliers
Une fillette de 7 ans est obligée de quitter son pays natal dans l’urgence. Sa mère lui impose d’emporter avec eux un seul animal de sa ménagerie. Va-t-elle obéir à cette injustice ?

Séisme
Christophe Queval
2015. France. 22 min. Couleurs. Numérique DCP. Production : Bâton Rouge, avec la participation de la Région Midi-Pyrénées.
Avec Maïa Barouh
Une jeune femme franco-japonaise installée dans la région de Fukushima arrive en France dans l’appartement de son enfance. Son mari, qui a souhaité qu’elle quitte le Japon pour protéger l’enfant dont elle est enceinte, est un des « liquidateurs » du dangereux réacteur 4. Elle passe donc des mois, isolée, face à ses conflits intérieurs, ses regrets et sa peur.

> Jeudi 22 octobre à 19h

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

The Storm Makers : ceux qui amènent la tempête | Guillaume Suon

The Storm Makers : ceux qui amènent la tempête
Guillaume Suon
2014. Cambodge / France. 66 min. Couleurs. Numérique DCP. VOSTF.
Produit par Rithy Panh et Julien Roumy. Une coproduction Bophana Production / Tipasa Production. En association avec Arte France – La Lucarne et American Documentary – POV
Aya est une ancienne esclave. À 16 ans, cette jeune paysanne cambodgienne a été vendue par un trafiquant d’êtres humains qui lui promettait un poste de femme de ménage en Malaisie. Aujourd’hui, Aya est de retour chez elle, aussi pauvre qu’à son départ. Déshonorée et traumatisée, que reste-t-il de son humanité ? Le destin d’Aya, mis en regard avec les témoignages de trafiquants, offre un éclairage édifiant sur la société cambodgienne actuelle. En dévoilant l’exploitation cruelle des populations rurales, le film pose une question essentielle : que vaut la vie d’une jeune paysanne au Cambodge ?

> Jeudi 4 juin à 19h

L'Azegado | Guy Chapouillié

2014. France. 100 min. Couleurs. Numérique DCP.
Production : Les Films du Sud / Les films du béret. Avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées, en partenariat avec le CNC.
À l’heure des fermes usines qui font des vaches des machines à pisser le lait, il y a encore des paysans qui travaillent et s’arrachent pour préserver une certaine idée de la vie à la campagne et du rapport aux animaux.
Le film cherche à témoigner de ce combat, car il s’agit du combat d’une famille d’éleveurs en Aveyron, sur le plateau de l’Aubrac. Des gens de la terre qui tentent de résister à la lente décomposition des campagnes, alors qu’autour d’eux, des exploitations agricoles ferment et des services publics disparaissent. Des héritiers de gestes et d’idées nourris de tradition et de modernité qui ne respirent pas la nostalgie, mais qui esquissent une alternative possible à la catastrophe productiviste qui les guette. Pour y parvenir, le paysan ne peut être qu’un monstre de connaissances et de compétences, tour à tour vétérinaire, herboriste, éleveur, météorologue, mécanicien, soudeur, avec sa femme Brigitte, tout autant monstrueuse de compétences, éleveuse, comptable, accordéoniste, photographe, charcutière, cuisinière. Ils aiment leurs animaux ; ils disent que lorsque le veau se lève et s’étire, c’est qu’il va bien, et que lorsque les vaches et les taureaux ruminent, c’est qu’ils sont en parfait état.
Des amoureux de leur métier et de leur pays qui souhaitent tout simplement ne pas quitter la terre, rester humains, vivre, rien que vivre, sans ignorer que tout ça ne tient qu’à un fil.

> Jeudi 28 mai à 19h