• Projections_menu_seances
  • Projections_menu_themes
  • Projections_menu_editos
  • Projections_menu_venir
  • Projections_menu_passes
Le programme par :
Seances_boutons_jour_02
Seances_boutons_mois_01
Seances_boutons_themes_01

Chevauchee-des-bannis-affiche

Moment 30 : Une soirée avec Bertrand Tavernier | La Chevauchée des bannis

50 ans, 50 moments de cinéma

Moment 30 : Une soirée avec Bertrand Tavernier

L’Horloger de Saint-Paul, Coup de torchon, Capitaine Conan, L 627, La Fille de d’Artagnan, L’Appât, La Guerre sans nom, Autour de minuit, La Princesse de Montpensier, Dans la brume électrique… on connaît Bertrand Tavernier le cinéaste. Président de l’Institut Lumière à Lyon, historien du cinéma ayant fait ses premières armes comme critique de cinéma et attaché de presse, il est avant tout un cinéphile aussi inexpugnable qu’infatigable. Ses 30 ans de cinéma américain devenus 50 ans, avec Jean-Pierre Coursodon, sont une bible. Ses Amis américains, entretiens avec les grands cinéastes hollywoodiens, sont une mine. Son blog consacré aux DVD, le guide Michelin dans le maelström de l’édition DVD. Une flamme passionnée qui donne autant de plaisir à raconter des histoires dans ses films qu’à raconter celle du cinéma. Faire et parler du cinéma, une vraie idée du partage qui rejoint la raison d’être d’une cinémathèque.

La Chevauchée des bannis (Day of the Outlaw)
André De Toth
1958. États-Unis. 92 min. Noir & blanc. Numérique DCP. VOSTF.
Avec Robert Ryan, Burl Ives, Tina Louise, Alan Marshal
Traquée par l’armée, une bande de brigands arrive dans un petit village enneigé au pied des montagnes… « Day of the Outlaw est un western austère, oppressant, rigoureux que l’on pourrait qualifier de dreyerien, de par son ascétisme visuel, son climat étouffant, troué de quelques éclairs lyriques fulgurants. De Toth subvertit d’ailleurs le genre, réfute l’individualisme qui est son épine dorsale, confère à la Nature un pouvoir de mort autant que de rédemption. En fait, il partage avec d’autres cinéastes européens émigrés, Tourneur, Lang, Preminger, cette méfiance devant un cinéma affirmatif, positif à tout prix. Il s’ingénie à brouiller les cartes, à déplacer les centres d’intérêt, à traiter certains sujets par réfraction. […] La splendeur âpre des extérieurs, la sécheresse de la direction d’acteurs en font une œuvre aussi décalée, aussi révolutionnaire par rapport aux règles, aux clichés du genre, aussi originale que Johnny Guitare. » (Bertrand Tavernier)


Séance présentée par Bertrand Tavernier

Wednesday 17 September à 16h30                  Infos pratiques



Bertrand_tavernier

Moment 30 : Une soirée avec Bertrand Tavernier | Rencontre avec Bertrand Tavernier | Ombres Blanches

50 ans, 50 moments de cinéma

Rencontre avec Bertrand Tavernier à la librairie Ombres Blanches mercredi 17 septembre à 18h, autour de la collection « L’Ouest, le vrai » dirigée par Bertrand Tavernier (Actes Sud).
Rencontre suivie d’une séance de dédicaces.
Dans la série « L’Ouest, le vrai », Bertrand Tavernier réunit des romans, jusque-là jamais traduits en français,
qui ont inspiré des milliers de westerns et les présente dans le contexte du film qu’ils ont inspiré.


Wednesday 17 September à 18h00                  Infos pratiques



Mystery-train001

Mystery Train

Jim Jarmusch. 1988. États-Unis / Japon. 110 min. Couleurs. 35 mm. VOSTF. Avec Masatochi Nagase, Youki Kudoh, Screamin’ Jay Hawkins, Cinqué Lee, Nicoletta Braschi, Joe Strummer, Steve Buscemi, Rufus Thomas JIM JARMUSCH

Le plus beau film rock après Rio Bravo pour Louis Skorecki. Memphis et des personnages qui ne se rencontrent pas. Trois histoires autour du fantôme du King, de Blue Moon et d’un coup de feu. Trois histoires comme les wagons séparés d’un même train. Strummer œuvre dans la dernière histoire, Perdus dans l’espace, assoiffé de Bourbon, saoulé de rage au désespoir. On l’appelle Elvis. C’est son revolver qui fait le lien entre les histoires.


Wednesday 17 September à 19h00                  Infos pratiques



Hairspray-003

Hairspray | FIFIGROT

John Waters. 1988. États-Unis. 92 min. Couleurs. 35 mm. VOSTF. Avec Ricki Lake, Divine, Debbie Harry, Sonny Bono, Jerry Stiller, Mink Stole Festivals et événements

Baltimore 1962. Une jeune fille grassouillette s’impose comme leader de la célèbre émission de danse « The Corny Collins Show » et milite pour la tolérance et l’intégration. Hymne à la tolérance interraciale. Ode à l’acceptation des différences, Hairspray est un film délicieusement kitsch, une sucrerie pop tout autant qu’une déclaration d’amour frénétique aux sixties. Las de ses provocations trash des années 1970, John Waters bifurque sur le chemin de la sagesse. Mais sagesse n’a jamais été synonyme d’assagi et Hairspray le prouve en long, en large et en travers. Ce goût pour les personnages loufoques et les laissés-pour-compte, cet humour décalé, cette tendre fascination pour la méchanceté, ces trouvailles brindezingues sont bel et bien présentes. Ici, ce sont les coiffures en choucroute qui définissent la psychologie des personnages et la danse des cafards vous colle l’irrésistible envie d’envoyer valser votre fauteuil et de rock et roller en compagnie de la plus belle femme du monde, le travesti Divine.


Wednesday 17 September à 19h15                  Infos pratiques



Appat_-l'-(tavernier)-002

Moment 30 : Une soirée avec Bertrand Tavernier | L'Appât

Bertrand Tavernier. 1994. France. 115 min. Couleurs. 35 mm. Avec Marie Gillain, Olivier Sitruk, Bruno Putzulu, Richard Berry, Clotilde Courau 50 ans, 50 moments de cinéma

Trois jeunes. Deux hommes et une femme. Un rêve. Ouvrir aux États-Unis une chaîne de vêtements. Pour cela, il leur faut un capital qu’ils estiment à dix millions. Et pour réunir la somme, une idée de génie : attirer des hommes riches en les appâtant avec les charmes de la jeune fille et leur soutirer de l’argent sous la torture… Ce n’est pas encore le gang des barbares, mais déjà un fait divers qui défraya la chronique dans les années 1980. Tavernier s’en empare et dresse le portrait de jeunes gens sans plus aucun repère moral, mus par le seul désir de réussir vite par tous les moyens, inconscients de leur monstruosité comme monstrueux dans leur inconscience. Toujours aussi efficace dans sa mise en scène, Tavernier trouve la distance qui fait mouche et mal, et emporte l’Ours d’or au Festival de Berlin.


Séance présentée par Bertrand Tavernier | Film interdit aux moins de 12 ans à sa sortie.

Wednesday 17 September à 21h00                  Infos pratiques