Étant donné la situation sanitaire actuelle, le port du masque redevient obligatoire à partir du 25 novembre à la Cinémathèque de Toulouse : en salle, dans le hall d’exposition et en bibliothèque. Merci de votre compréhension.

Privés de vagues et lassés du vague

Le printemps. Inexorablement. Et puis plus rien. C’est sur un vers détourné de Pablo Neruda que nous sommes restés tendus. Tendus vers un printemps. Suspendus. Comme le temps son vol. Enserrés par les rives du souvenir, d’avoir aimé certes, mais toujours avides de lendemains qui chantent et d’aimer encore. Plus océan que lac, fut-il de Lamartine. Avides de reprendre la mer, l’heure du départ pourtant toujours repoussée. Privés de vagues et lassés du vague.

Oui, nous nous languissons du large. Et c’est parce que nous en sommes à trépigner sur place, d’impatience et d’impuissance, que nous avons besoin d’une ligne d’horizon. Celle-ci ayant du mal à se dégager, un doigt humide au vent pour déterminer une direction et nous projeter de l’avant, nous avons décidé de la dessiner nous-même. Ce sera mai.

Nous avons donc décidé de reporter sous d’autres latitudes les cycles (initialement prévus sur les mois de mars et avril 2021) Béla Tarr, Andreï Zviaguintsev, Jean-Denis Bonan, Charles Chaplin et “Quand télévision rime avec expérimentation”. Nous annulons le cycle “Sorcières !” déjà reporté de la saison dernière et nos festivals Extrême Cinéma et La Cinémathèque Junior en fête !

En tablant sur une reprise en mai, quand la dernière séance date de la fin du mois d’octobre dernier, difficile de parler encore de saison justement. Aussi avons-nous décidé de revoir la programmation de mai et juin en fonction de cette situation. Exceptés l’événement Africa (du 4 au 12 mai 2021), les événements liés à nos partenaires, ainsi que les festivals de cinéma partenaires qui n’ont pu avoir lieu en mars et avril et que nous proposons d’accueillir sur la période, nous ajournons toutes les programmations annoncées pour mai et juin en début de saison, ainsi que la saison de ciné-concerts “Pickfair, Mary Pickford/Douglas Fairbanks”. Nous partirons à la place sur une programmation consacrée au CinémaScope et aux formats larges plus généralement. Besoin de retrouver le large, d’élargir l’horizon après des mois de tunnel, de s’en mettre plein les yeux au-delà d’une simple “revoyure”. Bref, d’assouvir un désir de cinéma que les écrans domestiques ne peuvent pallier qu’imparfaitement. Ce cycle, nous l’appellerons simplement “Scope” (du 14 mai au 4 juillet 2021). De Sergio Leone à Minnelli, en passant par Demy, David Lean, Kobayashi, Kubrick… Du western, de la comédie musicale, du péplum, du mélo, de la S-F… Des horizons et de l’évasion.