Suite aux annonces gouvernementales du 7 janvier 2021, la Cinémathèque de Toulouse reste fermée jusqu’à nouvel ordre.

La bibliothèque du cinéma est ouverte du mardi au vendredi de 13h30 à 17h30 sur rendez-vous à l’adresse bibliotheque@lacinemathequedetoulouse.com

Le mélodrame à l’affiche

Du mardi 03 décembre 2013
au dimanche 02 février 2014

L’amour, la mort, le bonheur, la détresse, la trahison, la perte, les retrouvailles, l’éloignement, la consolation, tels sont les thèmes de prédilection du mélodrame. Ce genre, qui rencontra toujours beaucoup de succès tant en littérature, qu’au théâtre ou au cinéma, s’attache à mettre en scène le pathétique. Jusqu’à tirer les larmes du spectateur, comme le rappelle littéralement le mot anglais « tearjerker ».

Le mélodrame a besoin, pour créer des personnages sensibles et vivants et pour construire un récit crédible, d’un certain nombre de scènes, et parfois de beaucoup de mots. Comment imaginer qu’une seule image fixe – l’affiche – puisse représenter ce qui est le ressort même du mélodrame, à savoir la confrontation entre des personnages, des sentiments, des situations opposées ? C’est bien cette interrogation qui structure la première exposition de l’année 2014 et qui ouvre ainsi, aux côtés de la programmation consacrée au mélodrame, le 50e anniversaire de la Cinémathèque de Toulouse.

Les affichistes ont imaginé différentes solutions pour relever ce défi et provoquer, chez le spectateur, une réaction émotionnelle immédiate. Le titre même du film est souvent un allié précieux : Le Temps d’aimer et de mourir évoque la confrontation entre l’amour et la mort, Autant en emporte le vent ou Quinze jours ailleurs l’éloignement, Les Ailes de l’espérance l’espoir, Lettre d’une inconnue ou Capitaine Mystère la déstabilisation d’une situation initiale par l’apparition d’un personnage étranger. Mais la composition même de l’image peut suggérer une opposition de sentiments ou de situations : un couple au premier plan et une scène de guerre au second ; un homme et une femme amoureusement enlacés, mais dans les regards desquels se lit la détresse – il suffit parfois d’un visage qui se détourne, et l’éloignement est déjà là… Les affiches rassemblées pour cette exposition se rapportent pour l’essentiel aux années 1940 et 1950, période essentielle du mélodrame, et sont bien sûr une invitation à revoir ce genre : préparez vos mouchoirs !

Une exposition conçue à partir des collections de la Cinémathèque de Toulouse