Suite aux annonces gouvernementales du 7 janvier 2021, la Cinémathèque de Toulouse reste fermée jusqu’à nouvel ordre.

La bibliothèque du cinéma est ouverte du mardi au vendredi de 13h30 à 17h30 sur rendez-vous à l’adresse bibliotheque@lacinemathequedetoulouse.com

Robert Aldrich, feuilles d’automne

Du mardi 04 septembre 2012
au dimanche 04 novembre 2012

En 1955, Raymond Borde, qui vient de publier avec Étienne Chaumeton Le Panorama du film noir, découvre cinq des premiers films de Robert Aldrich (dont Vera Cruz et En quatrième vitesse), présentés à quelques mois d’intervalle à Paris. C’est une révélation partagée par les Cahiers du cinéma, Positif et Les Temps modernes dont Borde est alors le critique cinématographique en titre.

À l’instar de la plupart des grands anciens d’Hollywood (Dwan, Mann, Wellman), Robert Aldrich ne fut pas l’homme d’un seul genre, même si sa contribution à l’avènement du thriller moderne (En quatrième vitesse_) reste dans toutes les mémoires. Sa polyvalence lui permit de faire des merveilles dans les différents registres du cinéma classique, et en particulier dans le western (_Bronco Apache, Vera Cruz_), le film de guerre (_Attack !, Les Douze Salopards_) et le thriller psychologique (_Qu’est-il arrivé à Baby Jane ?, Chut… chut, chère Charlotte). Cette variété est au cœur de la correspondance entre Raymond Borde et Robert Aldrich, dont nous exposons les originaux. Elle traverse la longue analyse livrée aux Temps modernes en mai 1956 – « Un cinéaste non-conformiste : Robert Aldrich » – dans laquelle Borde revient sur la dimension amorale de certains personnages.

C’est à cette exploration de la monstruosité que nous consacrons la seconde partie de l’exposition, qu’il s’agisse du producteur psychopathe du Grand Couteau (Rod Steiger), de Jane Hudson dans Baby Jane (Bette Davis), ou du meurtrier incestueux interprété par Kirk Douglas dans El Perdido. Les personnages d’Aldrich – et par conséquent ses acteurs (Jack Palance, Ernest Borgnine, Lee Marvin) portent souvent sur leurs visages les stigmates d’une violence subie ou provoquée, d’une démesure dont surgit le drame, à l’image des tragédies antiques.

Christophe Gauthier

Une exposition conçue à partir des collections de la Cinémathèque de Toulouse