Suite aux annonces gouvernementales du 7 janvier 2021, la Cinémathèque de Toulouse reste fermée jusqu’à nouvel ordre.

A partir du mois d’avril, la bibliothèque du cinéma est ouverte le mercredi de 14h à 19h sur rendez-vous, à l’adresse bibliotheque@lacinemathequedetoulouse.com

Les reproductions de documents (articles de périodiques) à distance sont possibles, pour toute demande, envoyez un mail à joelle.cammas@lacinemathequedetoulouse.com

Shakespeare à Hollywood : Le Songe d’une nuit d’été de William Dieterle et Max Reinhardt

Du mardi 10 avril 2012
au dimanche 03 juin 2012

En septembre 1934, Max Reinhardt présente au Hollywood Bowl de Los Angeles, devant 25 000 spectateurs, Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare. Il est alors un des metteurs en scène les plus célèbres du monde, l’un des fers de lance de la rénovation théâtrale en Europe au début du XXe siècle, et son influence est considérable chez des cinéastes aussi divers que Murnau, Lubitsch, Preminger ou Dieterle, ces deux derniers ayant même fait partie de sa troupe.
William Dieterle convainc Jack Warner de financer une adaptation cinématographique de cette pièce mythique. Cette production, singulièrement fastueuse pour une société spécialisée jusqu’alors dans les films de gangsters, rassemble Dick Powell, James Cagney (le comédien Bottom transformé en âne), Olivia De Havilland, Anita Louise (la reine des fées) et deux très jeunes comédiens, Mickey Rooney et Kenneth Anger. Dirigé de fait par Dieterle à qui l’on confiera par la suite les grandes fresques de la seconde moitié de la décennie (dont le Quasimodo de 1939), le film est réalisé de décembre 1934 à mars 1935 dans un décor incroyable (supervisé par le production designer Anton Grot), qui s’inspire autant des créations de Max Reinhardt, que de la peinture occidentale (et principalement allemande) du XIXe siècle.
La quarantaine de photographies originales conservées par la Cinémathèque témoigne de la fébrilité d’un tournage qui donna lieu à l’un des films les plus extravagants produits à l’âge classique d’Hollywood. Elles restituent en outre la beauté des costumes, des éclairages et des décors, en un mot la prodigieuse capacité de synthèse d’un cinéma de studio qui s’approprie ce que le théâtre européen avait su faire de mieux.

Christophe Gauthier

Une exposition conçue à partir des collections de la Cinémathèque de Toulouse.