Suite aux annonces gouvernementales du 7 janvier 2021, la Cinémathèque de Toulouse reste fermée jusqu’à nouvel ordre.

A partir du mois d’avril, la bibliothèque du cinéma est ouverte le mercredi de 14h à 19h sur rendez-vous, à l’adresse bibliotheque@lacinemathequedetoulouse.com

Les reproductions de documents (articles de périodiques) à distance sont possibles, pour toute demande, envoyez un mail à joelle.cammas@lacinemathequedetoulouse.com

Hans Hillmann, père de l’affiche moderne allemande

Du mardi 11 septembre 2018
au dimanche 04 novembre 2018

À partir de l’après-guerre, la division de l’Allemagne en deux États a donné lieu à une production d’affiches de cinéma très différentes de part et d’autre de la frontière.
Tandis que l’Allemagne de l’Est a développé un style graphique original (auquel la Cinémathèque de Toulouse a déjà rendu hommage à travers deux expositions, en 2016 et en 2017), l’Allemagne de l’Ouest a, de son côté, aligné ses affiches au style américain dans une homogénéisation des codes. Dans ce deuxième paysage, la Neue Filmkunst Walter Kirchner, spécialisée dans la distribution du cinéma d’auteur international en RFA, a fait un choix différent, en recourant au talent d’illustrateurs tels Isolde Baumgart et Hans Hillmann, afin de réaliser pour ses films des affiches d’une certaine qualité artistique.

Hans Hillmann (1925-2014), graphiste, illustrateur et designer, considéré aujourd’hui comme le père de l’affiche de cinéma allemande moderne, a ainsi réalisé, entre 1953 et 1974, environ 130 affiches de cinéma pour les films des plus grands réalisateurs, tels que Godard, Carné, Bresson, Buñuel, Rossellini, Visconti, Antonioni, Huston, Hawks, Capra, Bergman, Rocha, Eisenstein ou encore Kurosawa. L’illustration conçue pour l’une d’entre elles (Das Leben beginnt Morgen – La Vie commence demain – de Nicole Védrès), une pellicule dessinant un visage, deviendra même le logo de la Neue Filmkunst Walter Kirchner.
Admirateur de l’école graphique polonaise, Hillmann n’hésite pas à casser les conventions traditionnelles. À l’illustration directe du film, il préférera une expression plus symbolique, voire même énigmatique.
Dans ses premières affiches, il réalise des compositions peintes en noir sur des arrière-fonds colorés, afin, aussi, de limiter les coûts. Mais une esthétique épurée et stylisée restera sa marque de fabrique, même dans les affiches suivantes, de plus en plus sophistiquées. En alternant des compositions minimalistes en noir et blanc – contraste visuel au fort impact – avec des tableaux aux couleurs criardes, en passant par des savants mélanges de dessin et photographie et en peuplant ses affiches de figures hybrides (tel l’oiseau-revolver du Faucon maltais), Hans Hillmann créera de véritables œuvres d’art : certaines de ses affiches, comme celle du Cuirassé Potemkine, font partie de l’histoire du graphisme international et sont à ce titre conservées dans des collections d’art prestigieuses telles que celle du MoMA de New York.
De la centaine d’affiches d’Hans Hillmann conservées à la Cinémathèque de Toulouse, nous vous proposons ici une sélection emblématique de sa production.

Claudia Pellegrini, Documentaliste

Cinémathèque de Toulouse (hall)

Exposition présentée en lien avec la Quinzaine franco-allemande en Occitanie
(14 septembre – 3 octobre 2018)