En prévision du projet de réaménagement des espaces rue du Taur, la bibliothèque de la Cinémathèque de Toulouse est fermée au public jusqu’à la fin des travaux. Nous vous remercions de votre compréhension.

SAISON 2023-2024

SEPTEMBRE-OCTOBRE 2023

LES FILMS QU’IL FAUT AVOIR VUS

Une programmation de classiques incontournables de l’histoire du cinéma pour se remettre cinéphiliquement en jambes et débuter la saison sur les chapeaux de roue.
Beau travail de Claire Denis, Cría cuervos de Carlos Saura, La Dolce Vita de Federico Fellini, Él / Tourments de Luis Buñuel, Ennemis intimes de Werner Herzog, Frankenstein de James Whale, La Fureur du dragon de Bruce Lee, Jeux dangereux d’Ernst Lubitsch, Millennium Mambo de Hou Hsiao-hsien, M. le maudit de Fritz Lang, Mosquito Coast de Peter Weir, Pat Garrett et Billy le Kid de Sam Peckinpah, Les Raisins de la colère de John Ford, Remorques de Jean Grémillon…

CUERPOS REBELDES

Féminismes et dissidences du genre du tardofranquismo à la Transition démocratique
en présence de Sonia García López
avec Cinespaña

Libération féministe et lutte LGBTQI+ dans le cinéma du tardofranquismo et de la Transition démocratique. Composée de documentaires, de fictions, et de films d’école, une programmation en résonnance avec les luttes émancipatrices actuelles tout en donnant à découvrir une variété de films pour la plupart méconnus.
Le Député d’Eloy de la Iglesia, Función de noche de Josefina Molina, La Mariée sanglante de Vicente Aranda, programme Cecilia Bartolomé, cinéaste rebelle, Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? de Pedro Almodóvar…

OCTOBRE-DÉCEMBRE 2023

NADAV LAPID

en sa présence
avec Hébraïca

Le Genou d’Ahed (2021), Synonymes (2019), L’Institutrice (2014), Le Policier (2011), en quatre longs métrages, Nadav Lapid s’est imposé en France et à l’international comme l’un des cinéastes les plus passionnants du moment. Cinéaste poète composant avec la violence, il trace à travers chacun de ses films des trajectoires humaines qui sont autant de rebonds à la situation socio-politique israélienne que de coups de sonde dans le capharnaüm de l’existence.

YASUJIRŌ OZU

On l’a dit trop japonais pour le public occidental. On l’a vu comme le représentant le plus pur de la culture japonaise. Et puis on a découvert qu’il était un cinéaste singulier dans le cinéma japonais, un cinéaste à part, absolument représentatif de rien sinon de son rapport existentiel au cinéma. C’est le mystère Yasujiro Ozu.
Fascinant, émouvant, interrogeant, excitant, comblant, époustouflant. Toujours mystérieux. Incroyablement moderne. S’il y a un exotisme Ozu, c’est qu’il vient d’un autre pays. Pas du Japon comme on a pu le penser au début. Il vient du pays du cinéma. Un pays dont on a entendu parler mais que l’on ne connaît pas vraiment.
Bonjour, Fin d’automne, Fleurs d’équinoxe, Le Goût du saké, Herbes flottantes, Printemps précoce, Voyage à Tokyo

ACTORS STUDIO

Retour sur l’Actors Studio, ou la « Méthode »enseignée par Lee Strasberg, qui verra naître dans le courant des années 1950 toute une nouvelle génération d’acteurs et d’actrices, marquant profondément le théâtre et le cinéma américains. On parle de Marlon Brando, Elizabeth Taylor, James Dean, Montgomery Clift, Barbara Loden, Paul Newman, Joanne Woodward, Sidney Poitier…On parle d’une méthode d’acting intense, qui rompait avec le jeu développé au sein des studios de l’âge d’or hollywoodien et qui va poser les bases de ce que l’on appelle le réalisme américain.
À l’est d’Eden, De l’influence des rayons gamma sur les marguerites, The Misfits, Reflets dans un œil d’or, Sur les quais

SYNCHRO FESTIVAL DE CINÉ-CONCERTS

2e édition
du 21 au 27 novembre 2023 à Toulouse
du 29 nov. au 10 déc. 2023 en Occitanie

Dédié au cinéma muet et au ciné-concert, SYNCHRO propose de (re)découvrir des oeuvres du cinéma muet à travers le regard et le talent de musiciens aux approches très différentes. Parmi la trentaine de trésors du cinéma muet choisis pour cette deuxième édition : Sportif par amour avec Buster Keaton, accompagné par l’Orchestre national du Capitole de Toulouse sous la direction deTimothy Brock ; Le Cabinet du docteur Caligari de Robert Wiene, avec Juan de la Rubia à l’orgue ; Le Ring d’Alfred Hitchcock, avec une création musicale de Patrick Fournier ; et en ouverture Ne croyez surtout pas que je hurle de Frank Beauvais, avec l’accompagnement de Michel Cloup.

LA CINÉMATHÈQUE JUNIOR EN FÊTE !

5e édition – du 15 au 1 7décembre 2023
La Cinémathèque de Toulouse présente la 5e édition de son festival pour la jeunesse ; Séances spéciales et ateliers adaptés à tous les âges seront au programme de ce week-end de fête.

JANVIER-FÉVRIER 2024

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

avec Le Quai des Savoirs à l’occasion de l’exposition « IA : double je »
L’Intelligence Artificielle au cinéma : quand les machines prennent le contrôle. Ou le perdent. Je ne suis pas un robot !… Entre blockbusters et séries B, retour vers un futur qui ne sera bientôt plus de la science-fiction.
Blade Runner, Cherry 2000, Cyborg, Death Machine, Hardware, Mondwest, _Terminator_…

SORTIES D’USINE

L’usine comme espace cinématographique. Comédies, films militants ou de propagande, cinéma expérimental, documentaires, mais aussi drames, mélos voire comédies musicales, le cinéma a abordé l’usine et le monde ouvrier à travers toutes ses formes. Peut-être parce qu’il est né avec Sortie d’usine de Louis Lumière. Peut-être parce que l’usine a été un symbole fondateur du siècle passé. Lieu de vie, lieu de lutte. Le cinéma à la pointeuse.
À nous la liberté de René Clair, Blue Collar de Paul Schrader, La classe ouvrière va au paradis d’Elio Petri, Dancer in the Dark de Lars von Trier, L’Homme de fer d’Andrzej Wajda, Marius et Jeannette de Robert Guédiguian, Qu’elle était verte ma vallée de John Ford, Rosetta de Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne, Sortie d’usine de Louis Lumière, Les Temps modernes de Charles Chaplin…

NICOLAS SEYDOUX, 50 ANS DE GAUMONT

À l’occasion de la venue de Nicolas Seydoux pour la sortie de son livre Le Cinéma retrouvé, 50ans de passion, la Cinémathèque rend hommage à Gaumont, un de ses déposants historiques, avec la projection de cinq films produits par la firme à la marguerite.

CARTE BLANCHE À ISTVÁN SZABÓ

avec le National Film Institute Hungary -Film Archive
Carte blanche à István Szabó, cinéaste majeur du jeune cinéma hongrois avant de connaître une carrière internationale de renom (Oscar du meilleur film étranger avec Mephisto ou encore Prix du Jury au Festival de Cannes avec Colonel Redl). En partenariat avec le National Film Institute Hungary.

DÉSIRS D’ORIENT – CARTE BLANCHE À AGNÈS JAOUI

La présidente de la Cinémathèque de Toulouse accueillera des cinéastes méditerranéens pour des projections suivies d’échanges

EXTRÊME CINÉMA

25e édition – du 16 au 24 février 2024
Le festival consacré au cinéma de genre et aux marges du patrimoine cinématographique.

MARS-AVRIL 2024

GOTHIQUE MEXICAIN

avec Cinélatino
Dans les années 1960, le cinéma mexicain s’est réapproprié l’esthétique gothique anglo-saxonne en la conjuguant à sa propre culture. Une pointe de cinéma de genre et une pincée de traditions populaires qui donnent un cinéma très original dans lequel on reconnaîtra un héritier de renom avec Guillermo del Toro. Et une belle occasion de découvrir un pan méconnu du cinéma mexicain.
Cronos, El espejo de la bruja, La maldición de la Llorona, Misterios de ultratumba, La nave delos montruos, Santa sangre, El vampiro

JULIEN DUVIVIER

Maître du cinéma français aux côtés des Renoir, Carné, Grémillon…, Julien Duvivier a commencé sa carrière au temps du cinéma muet, au début des années 1920, pour la finir à la fin des années 1960. À travers son œuvre c’est tout un pan de la France du XXe siècle qui se déploie sous nos yeux. C’est surtout un regard sombrement critique sur l’humain, éclairé de joyaux noirs qui étincellent encore parmi les trésors du cinéma français.
La Belle Équipe, La Femme et le Pantin, La Fin du jour, Marie-Octobre, Panique, Pépé le Moko, Voici le temps des assassins

YOSHIMITSU MORITA

avec la Maison de la culture du Japon à Paris
Cinéaste autodidacte s’étant essayé à tous les genres (de la satire au thriller, en passant par le drame ou l’expérimental), Yoshimitsu Morita est un cinéaste aussi important que méconnu du cinéma japonais qui s’est développé dans les années 1980. Assurément une découverte à venir.
The Black House, Death in Tokimeki, Family Game

CASSES TOUS RISQUES

Une virée du côté d’un sous-genre du film noir : le film de casse, dont l’une des règles – celle qui procure un véritable plaisir – est sa construction : un tuyau, un besoin, un plan, la constitution d’une équipe, la préparation et puis la réalisation (minutieuse ou spectaculaire, c’est selon). Sauf que pour faire un bon film de casse, il faut que la mécanique s’enraye, il faut que ça foire. Bref, on veut de la lose. Et on en aura. De la bien noire. De l’éclatante. De la débridée. De la violente. De la comique. De la réaliste. De la politique. De la décalée. Et de la classique. On veut de la lose. Et on en aura. Que de la parfaitement bien réussie.

MAI-JUIN 2024

LA RÉVOLUTION DES OEILLETS

avec la Cinemateca Portuguesa-Museu do Cinema, Cinespaña et la Cave Poésie
Le 25 avril 1974, le régime salazariste tombe. Il imposait son pouvoir au Portugal depuis les années 1920. C’est la Révolution des Œillets, dont on fête cette année le cinquantenaire. Les années qui suivent sont agitées, un véritable bouillonnement révolutionnaire. Une période riche en expériences sociales et quelque peu chaotique que l’on appelle Processus Révolutionnaire En Cours (PREC). Le cinéma bouillonne lui aussi et notamment le cinéma documentaire qui saisit cette période tout en se libérant lui-même. L’occasion de revenir sur une révolution atypique à travers les films documentaires qu’elle a engendrés.
A Lei da Terra – Alentejo 76, Bom Povo Portugues, Cenas da Luta de Clases, Que Farei Eu com Esta Espada?, Terra de Abril, Torre Bela

HAWKS / CARPENTER

Une proposition de regards croisés, plutôt que de rétrospectives isolées. Car si Howard Hawks est un cinéaste incontournable de l’âge d’or hollywoodien, un classique parmi les classiques, John Carpenter, maître du cinéma de genre, est lui-même désormais devenu un incontournable classique. Or il n’y aurait pas de Carpenter sans Hawks, pas de Assaut sans Rio Bravo. Ou : l’histoire est une continuité faite de ruptures et la modernité une question de futur classicisme.
Parmi les films programmés : Assaut, La Captive aux yeux clairs, Chérie, je me sens rajeunir, La Chose d’un autre monde, Christine, Fog, Le Grand Sommeil, Halloween, Les hommes préfèrent les blondes, L’Impossible Monsieur Bébé, Invasion Los Angeles, Rio Bravo, La Rivière rouge, Scarface, The Thing

ISTVÁN SZABÓ

en sa présence
avec le National Film Institute Hungary -Film Archive

Hommage à István Szabó, cinéaste majeur du jeune cinéma hongrois avant de connaître une carrière internationale de renom (Oscar du meilleur film étranger avec Mephisto ou encore Prix du Jury au Festival de Cannes avec Colonel Redl). En partenariat avec le National Film Institute Hungary.

ALAIN GUIRAUDIE

en sa présence
avec Le Nouveau Printemps

Carte blanche à Alain Guiraudie, un cinéaste qui fait du bien au cinéma. Et à la vie. Si son univers fabuleux nous transporte, il redessine également la carte cinématographique de ce que l’on appelle désormais « les territoires ». Il met justement sur la carte du cinéma un nouveau pays : la Guiraudie.
L’Inconnu du lac, Pas de repos pour les braves, Rester vertical, Le Roi de l’évasion, Viens, je t’emmène, Voici venu le temps

JUILLET-AOÛT 2024

CINÉMA EN PLEIN AIR

20e édition – du 5 juillet au 24 août 2024
Des classiques à (re)découvrir sous les étoiles dans la cour de la Cinémathèque de Toulouse.

EXPOSITIONS

PAPIERS JAPON

14 septembre 2023 – 19 novembre 2023
L’art sophistiqué de la composition nipponne, mêlant calligraphie et montages photographiques complexes, à partir des documents de promotion japonais conservés par la Cinémathèque de Toulouse.

LES SARRUS, EXPLOITANTS – ITINÉRANTS DE PÈRE EN FILS

21 novembre 2023 – 14 février 2024
L’histoire étonnante d’une entreprise de cinéma itinérant qui a sillonné le Sud-Ouest de 1908 à 1954, racontée grâce à un riche fonds d’archives.

JULIEN DUVIVIER À L’HONNEUR

27 février 2024 – 2 juin 2024
En parcourant affiches et documents promotionnels, trente ans de la carrière d’un cinéaste qui a fait de l’exploration des genres et de la diversité des styles adoptés sa seule règle.

MON NOM ESTRENATO CASARO, AFFICHISTE SANS FRONTIÈRES

4 juin 2024 – 24 août 2024
Renato Casaro commence sa carrière à dix-sept ans en peignant des affiches en échange de l’entrée gratuite au cinéma, pour devenir ensuite l’un des plus grands affichistes italiens.