Dans le cadre de la Biennale, Festival international des arts vivants de Toulouse, la bibliothèque accueille du jeudi 6 octobre au dimanche 9 octobre l’installation vidéo Âabide l’kadia d’Abdessamad El Montassir. L’accès aux documents sera donc indisponible du 5 au 7 octobre.

Holy Motors

Leos Carax. 2011. Fr. / All. 115 min. Coul. DCP.


Avec Denis lavant, Édith Scob, Eva Mendes, Kylie Minogue, Michel Piccoli


Histoires de cinéma 1



De l’aube à la nuit, quelques heures dans l’existence de Monsieur Oscar, un être qui voyage de vie en vie. Tour à tour grand patron, meurtrier, mendiante, créature monstrueuse, père de famille… M. Oscar semble jouer des rôles, mais où sont les caméras ? À bord d’une immense limousine, Céline le transporte d’aventure en aventure. Holy Motors marque le retour de Leos Carax (Mauvais Sang, Les Amants du Pont-Neuf), enfant terrible du cinéma français, treize ans après son dernier long métrage Pola X. C’est un étrange et beau chant d’amour au cinéma. Mais pas que… Avec Holy Motors, on entre dans un labyrinthe plongé dans le noir, les yeux grand ouverts, comme on le ferait dans une salle de cinéma. Ce dédale, gardé par le Minotaure Carax, est peuplé de créatures, de fantômes, d’émotions et de surprises. Chaque « rendez-vous » de Monsieur Oscar est l’occasion de revisiter l’histoire du cinéma. Du thriller à la comédie musicale, du film de science-fiction au cinéma érotique, du chronographe de Marey aux capteurs numériques des tournages sans caméra, Holy Motors est un film qui va partout où il veut quand il veut. Le cocktail est surprenant, détonant, aussi magique que merveilleux. Carax abolit la frontière entre superproduction et film fauché, et invite Denis Lavant, alter-ego du cinéaste depuis son premier long métrage Boy Meets Girl, à un stupéfiant jeu de masques dans lequel le comédien polymorphe excelle. Dans sa loge-limousine, Monsieur Oscar ne joue pas son rôle mais le devient littéralement. À ses côtés, la chanteuse Kylie Minogue et les comédiennes Édith Scob et Eva Mendes achèvent de huiler la machine à désorienter du cinéaste Carax. « Avant, les caméras étaient plus lourdes que les hommes ; elles sont maintenant plus petites que leur tête. » Leos Carax est bel et bien revenu, et Holy Motors s’affirme comme un insolent Objet Filmique Non Identifié. Insaisissable, subversif, émouvant, fou, donc profondément indispensable.

Séance présentée par Caroline Champetier

lundi 06 novembre 2017, 21h00       Infos pratiques - Vente en ligne