Pour des raisons indépendantes de notre volonté, la Lecture théâtrale dans le cadre de la Nuit de la lecture prévue le 22 janvier est reportée.

Étant donné la situation sanitaire actuelle, le port du masque redevient obligatoire à partir du 25 novembre à la Cinémathèque de Toulouse : en salle, dans le hall d’exposition et en bibliothèque.

Merci de votre compréhension.

Un cri dans le métro (Underground) – Soirée d’ouverture

Anthony Asquith. 1928. GB. 93 min. N&b. DCP. Intertitres anglais. Sous-titrage informatique en français.


Avec Brian Aherne, Elissa Landi, Cyril McLaglen, Norah Baring


Histoires de cinéma 1



En Angleterre dans les années 1920, ils étaient deux cinéastes prometteurs à résister à l’hégémonie du cinéma hollywoodien. Le premier, Alfred Hitchcock, avait tendance à l’embonpoint, le second, Anthony Asquith se montrait élégant et flegmatique. En définitive, l’histoire du cinéma n’en retiendra qu’un pour vite ranger l’autre dans la catégorie des metteurs en images, des faiseurs sans grande importance.
Underground est le second film d’Anthony Asquith et ce dernier n’a que vingt-six ans quand il le dirige. Un électricien et un porteur de bagages du métro londonien tombent tous deux amoureux de la même employée d’un grand magasin. En un peu plus d’une heure et demie, le presque débutant embrasse toute l’activité frémissante d’une ville, tout en se jouant des genres avec une maestria peu commune. À la précision documentaire des premières minutes succède un touchant mélodrame porté par la sublime Norah Baring dont chaque battement de cils fait chavirer les cœurs. Ses partenaires, Brian Aherne et Cyril McLaglen, sont tout aussi remarquables et on ne peut plus crédibles en hommes de la rue. Ce souci d’authenticité permanente ne fera d’ailleurs que renforcer l’aspect film noir d’une œuvre virevoltante qui – attention à la fermeture des portes ! – s’achèvera par une époustouflante course-poursuite sur le toit d’une centrale électrique en bord de Tamise. Bref, une démonstration de virtuosité aussi audacieuse qu’enivrante restaurée en 2009 par le British Film Institute.

Neil Brand
Compositeur, écrivain, pianiste, Neil Brand accompagne des films muets depuis plus de 30 ans, que ce soit à Londres ou à travers le Royaume-Uni, mais aussi dans des festivals internationaux, en Australie, aux États-Unis et en Europe.
Reconnu pour ses compositions de musiques de films et pour ses accompagnements musicaux, il a présenté deux séries à la BBC : Sound of Cinema et Sound of Song. Il a composé six pièces musicales pour le BBC Symphony Orchestra, dont sa partition pour Blackmail (1929) d’Alfred Hitchcock qui connaît un succès international.
Il participe régulièrement au Festival du film muet de Pordenone où il a inauguré la School of Music and Image qui enseigne à de jeunes pianistes l’art et la technique de l’accompagnement musical de films muets.

Séance accompagnée au piano par Neil Brand

vendredi 03 novembre 2017, 21h00       Infos pratiques - Vente en ligne